Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

Articles avec #appel a participation catégorie

Appel 2020 | Centre de la marionette arts numériques

Publié le 1 Septembre 2020 par Anaïs BERNARD dans appel à candidature, appel à projets, appel à participation

Appel 2020 | Centre de la marionette arts numériques

Le Centre de la Marionnette de la Fédération Wallonie-Bruxelles et Transcultures, Centre des cultures numériques et sonores lancent un appel à la conception, à l’adaptation ou à la re-création d’une œuvre performative, arts scéniques/arts plastiques, de format court (maximum 30 minutes).

Cet appel s’inscrit dans le cadre de LUMEN#5 bénéficie du soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles (arts numériques).

Bourse d’aide à l’aide à la création: 1500 euros

Date limite de dépôt : 13.09.2020


Dans le cadre de Lumen #5, le Centre de la marionnette de la Fédération Wallonie-Bruxelles, avec ses partenaires, lance un appel  pour la création d’une oeuvre qui devra-être le fruit d’une réflexion sur les nouveaux modes de re-présentation par la technologie, sur l’image et le son numérique. Il peut s’agir d’un projet faisant l’objet d’une demande d’aide à la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Cet appel s’adresse prioritairement aux artistes travaillant ou résidant en Fédération Wallonie-Bruxelles, mais est ouvert aux artistes des pays limitrophes.

Domaine d’expression proposé pour cette résidence:

  • arts de la marionnette
  • arts numériques, arts plastiques multimédiatiques
  • arts de la scène (performance)

Le projet soumis pourra :

  • être une nouvelle création
  • être une nouvelle étape d’un projet déjà créé
  • se présenter comme un “work in progress” si vous justifier l’intérêt de l’étape de travail montrée à Lumen #5 (qui pourrait être accompagnée d’une présentation, workshop etc.)

Les principaux critères d’évaluation seront :

  • la  manière de traiter et d’intégrer la réflexion sur les nouveaux modes de re-présentation
  • la dimension professionnelle et qualitative du projet
  • la maîtrise technologique et le côté innovant du projet
  • la faisabilité du projet et sa capacité à être diffusé dans différents lieux de manière relativement légère.


Bourse et conditions

L’oeuvre sera présentée le 16 octobre 2020 au Centre de la Marionnette de la Fédération Wallonie-Bruxelles à Tournai dans le cadre de LUMEN #5 (montage possible dès le 15 octobre).
L’artiste soutenu recevra un soutien à la création de 1.500 euros ainsi qu’un suivi critique et un soutien technique en amont de la finalisation du projet.


Votre dossier (devra au minimum comprendre)

  • une note d’intention du projet de performance comprenant une description des choix et développements informatiques/technologiques utilisés. Cette note intégrera un projet du projet précédent s’il s’agit d’une nouvelle étape d’un projet déjà créé;
  • les besoins techniques;
  • les besoins transport;
  • le/s CV des artistes;
  • des visuels (croquis, photos.. dans la mesure du possible);
  • le calendrier de création;
  • la liste des autres partenaires s’il y a lieu.

Candidatures

Candidatures à envoyer à l’adresse (objet du mail – Call Lumen5) : maisondelamarionnette@skynet.be
Le.a lauréat.e sera contacté au maximum le 18.09.2020

commentaires

Appel à participation 2020 | Fenêtres d’écoute – Desartsonnants

Publié le 24 Avril 2020 par Anaïs BERNARD dans appel à participation

Appel à participation 2020 | Fenêtres d’écoute – Desartsonnants

Les Pépinières européennes de Création et Transcultures sont heureux de s’associer au projet initié au début du confinement par leur complice Gilles Malatray (animateur/fondateur de desartsonnants) qui invite à développer des formes de “Points d’ouïe” adaptés aux circonstances contraignantes. Inspiré par les performances chantées et musicales des fenêtres et balcons italiens, mixés à ses propres points d’ouïe et autres bancs d’écoute, desartsonnants a lancé un appel collaboratif et participatif à des « Écoutes en fenêtres ».

La forme est simple et assez libre. Il s’agit d’ouvrir sa fenêtre, ou aller à son balcon, à une heure choisie, diurne ou nocturne, écouter le paysage ambiant, l’enregistrer, ou le décrire vocalement, ou par écrit, graphiquement, ou bien encore mixer les genres, inventer nos propres modes de description, de représentation… Vous pouvez le faire autant de fois que bon nous semble en précisant l’heure et le lieu de la captation sonore, et envoyer une photo du point d’ouïe embrassé. Il s’agit donc de créer ainsi une sorte de chaîne de points d’ouïe et d’écoutants, afin de garder l’oreille tournée vers l’extérieur, et vers l’autre !

A noter que dans un second temps, ces captations sonores pourront être matière à (re)composition par des artistes audio et musiciens expérimentaux internationaux qui seront, dans les prochaines semaines, sollicités das un autre appel et que les personnes participant à la première phase de récolte des sons qu’ils ont enregistrés marquent leur accord pour en participant à ce projet collectif.

commentaires

Appel à films courts - Seek the sun.

Publié le 20 Avril 2020 par Anaïs BERNARD dans appel à projets, appel à participation

Appel à films courts - Seek the sun.

Ce festival en ligne propose d'organiser une chaîne Youtube avec des films sélectionnés de 10' maximum ayant une forme expérimentale au sens large, et un regard sur le réel.
Une exception pourra être faite pour des films plus longs.
Je suis réalisateur, et par ce moyen je voudrais découvrir de nouvelles créations et fédérer à distance d'autres créateurs à travers le monde.
Peuvent être inscrites à ce festival des réalisations plus anciennes.

sont souhaités :

. un regard singulier
. une vision de la réalité
. 10' max
. films mis en ligne (Vimeo, Youtube...)

Un jury sera constitué par de jeunes artistes issus d'école d'art.
date limite d'envoi 1er mai.

 

Calendrier:

21 mars 2020 : Date d'ouverture
1 mai 2020 : Date limite d'inscription anticipée
21 mai 2020 : Date limite tardive
22 mai 2020 : Date de notification
6-13 juin 2020 : Date de l'événement

commentaires

Appel à participation - Dessine avec les Voisins

Publié le 19 Avril 2020 par Anaïs BERNARD dans appel à participation

Appel à participation - Dessine avec les Voisins

Dessinons ensemble et projetons nos dessins sur les murs de la ville !
Nous avons décidé d'adapter notre installation pour exposer pendant le confinement. Rejoignez le mouvement et lancez The Live Drawing Project depuis votre fenêtre pour créer avec vos voisins et lutter contre la morosité !

Nous exposons tous les dimanches soirs à 21h partout en France.

COMMENT ÇA MARCHE ?
Chaque personne dessine avec son téléphone, les dessins apparaissent instantanément sur les murs ! Les dessins transitent entre les lieux créant une oeuvre collective unique qui évolue à chaque nouveau dessin reçu. Pour vidéoprojeter depuis chez vous c'est très simple, remplissez le formulaire et nous vous contacterons:

Formulaire de participation au lien ci-dessous.


AGENDA
Lundi 30 mars : premier test, 2 lieux simultanés ;
Dimanche 5 avril : 5 lieux simultanés, 550 dessins, 80 participants ;
Dimanche 12 avril : 12 lieux simultanés, 1800 dessins, 150 participants ;
Dimanche 19 avril : Rejoignez le mouvement dans toute la France !

commentaires

Appel à vidéo - Sortie de rout(in)e: La vie d'après?

Publié le 13 Avril 2020 par Anaïs BERNARD dans appel à projets, appel à participation

Appel à vidéo - Sortie de rout(in)e: La vie d'après?

APPEL À VIDEO, ne laissons pas notre créativité confinée !
SORTIE DE ROUT(IN)E : LA VIE D’APRÈS ?


→ Corps confinés mais esprits libres : en attendant de vous retrouver, VIDEOFORMES fait appel à vos talents de vidéaste : réalisez une vidéo expérimentale ! 
→ Explorez, testez, libérez votre imagination et envoyez-nous vos vidéos avant le 15 juillet par Wetransfer à l’adresse : videoformes@videoformes.com
→ Contraintes techniques : format 16:9 en .mp4 ou .mov. Durée maximale : 3 minutes.
Vos vidéos seront présentées lors du festival VIDEOFORMES 2021 !

commentaires

Appel à compétition d'Art numérique

Publié le 28 Novembre 2019 par Anaïs BERNARD dans appel à candidature, appel à participation

Recto VRso - Appel à compétition d'Art numérique


Vous êtes un artiste qui utilise la réalité virtuelle et mixte pour vos créations ? Proposer vos œuvres en exposition à l’Art & VR Gallery du festival Recto VRso de Laval Virtual (du 22 au 26 avril 2020), et échangez ainsi votre vision autour de la thématique annuelle: Corps réel / corps virtuel.

Recto VRso est un festival international d’art et réalité virtuelle et mixte. Il expose des œuvres d’artistes, de chercheurs, d’étudiants et d’explorateurs qui interrogent de près ou de loin le médium de la réalité virtuelle, et mixte, en montrant un autre VRsant de ce domaine.

Conçu par l’artiste-chercheuse Judith Guez, son objectif est de créer des espaces et des échanges autour de ces nouvelles formes artistiques entre le réel et le virtuel, et de proposer ainsi différentes hybridations et émergences. Pour cette 3e édition, les artistes sont invités à s’exprimer sur le thème : Corps réel / Corps virtuel.

Recto VRso se compose de deux volets : l’Art & VR Gallery et le Parcours Artistique.

 

Calendrier:
Fin de dépôt des dossiers: 21.01.2020
Annonce des finalistes: 10.02.2020
Cérémonie des Awards: 23.04.2020

commentaires

Colloque L’Art et les Cartographies Sensibles

Publié le 15 Octobre 2019 par Anaïs BERNARD dans Appel à communications, appel a communications, appel à participation, appel à projets

Colloque L’Art et les Cartographies Sensibles

L’Art et les Cartographies sensibles : la question des interfaces dans les réalités mixtes

« Nous sommes là où nous avons toujours été. Mais pour une certaine raison - une parmi plusieurs possibles - la réalité a reculé, elle a perdu son support, son assise et elle a reflué vers des formes antérieures. »  Philip K Dick, Ubik, 1966-70, p.205 

Annonce  : Colloque et exposition

L’Art et les Cartographies sensibles : la question des interfaces dans les réalités mixtesles 11 et 12 mai 2020, Centre de Congrès Le Manège, Chambéry se déroulera  conjointement avec une exposition d’oeuvres choisies sur cette thématique, dans divers lieux de la ville, et en parallèle à une participation à la Nuit Européenne des Musées 2020 (le 16 mai) du département Communication Hypermédia, Masters Création Numérique et MIP ArTeC Paris8.

Argumentaire :
A l’instar de la photographie, le cinématographe ou la vidéo, les casques de réalité virtuelle et les téléphones portables transforment nos pratiques courantes autant que la manière de percevoir le monde. Leurs couplages désormais possibles avec l’ordinateur et internet accélèrent les démultiplications de nouveaux espaces à expérimenter, imaginables en temps réel et modulables. L’hybridation spatio-temporelle, annoncée en 1998 par Edmond Couchot au tout début de l’émergence de cet art nommé étrangement technologique (comme si il se réduisait à une question de technicité et de médium) semble fonder les spécificités des relations espaces-temps résolument nouvelles que proposent les dispositifs connectés. 
Les expérimentations et innovations actuelles ont l’intérêt primordial d’être présents dans tous les domaines de la société permettant d’acquérir des quantités impressionnantes de données, de manipuler des informations instantanément, une manière de s’emparer du monde à 360°, d’agir au coeur de la matière et de voyager dans des univers jusqu’alors inaccessibles et inconcevables. 

Dans le même temps, nous nous heurtons à plusieurs phénomènes : le premier est d’abord une non appropriation de ces technologies XR (extended realities XR ou extented reality désigne l’ensemble des environnements combinant le virtuel, le numérique et le matériel généré par des technologies) par les usagers, dont le manque d’intérêt provient du fait de cantonner les fonctions et buts de ces casques immersifs aux jeux vidéos, auréolés en plus, d’une croyance liée à la complexité de la technique. Le deuxième est ce stockage massif de données (comme les débuts de la photographie ou du CD-Rom) dont nous produisons plus facilement des répertoires quantitatifs voire des éléments de surveillance, sans parvenir à scénariser et rendre accessible ces matériaux qualitativement. 
Et puis, comme l’écrit très justement Jean Baudrillard, « la simulation part à l’inverse de l’utopie du principe d’équivalence, part de la négation radicale du signe comme valeur, part du signe comme réversion et mise à mort de toute référence. » (Baudrillard, 1981) 
Par peur d’un éloignement et bouleversement de nos référents, la réalité virtuelle semble se cantonner justement à hypertrophier nos repères habituels, une hyperréalité pour ne pas nous perdre. Les modélisations se piègent dans les affres de la ressemblance, réduisant les potentiels à un décalquage hyperréaliste du monde. Les espaces proposés renforcent les représentations et « le réel est déjà mort mais ressuscité d’avance. » (Baudrillard, 1981)

Si les réalités mixtes se destinent principalement aujourd’hui à des usages marketing pour animer nos expériences individuelles et spectaculaires dans les lieux de loisirs ou des magasins, alimentant ainsi la smart surveillance, elles permettent également de réinventer nos habitudes spatiales et corporelles par d’étonnantes et inédites expériences ; 
Justement, elles nous intéressent ici dans leurs spécificités spatiales, de leur définition première en 1994, d’être « n'importe quel endroit se situant entre les extrêmes du continuum de virtualité » (Milgram, Kishino, 1994). Comme le précise J.-F. Lucas, « Il y aurait donc, entre l'environnement réel d'un côté et l'environnement virtuel de l'autre, un continuum d'états intermédiaires que ces auteurs englobent sous le terme de réalité mixte. Contrairement aux autres définitions, la réalité mixte ne fait pas référence à un état spécifique ou même à un dispositif précis, mais à un ensemble de possibles.» (Lucas, 2012) 
Cet ensemble de possibles qualifie autant l’expérience individuelle que l’hybridation de zones hétérogènes dans un continuum sans fin. Cette dilatation d’espaces-temps ouvre la scission propre à Didi-Huberman où écrit-il agissent les figurabilités, « nous comprenons que le défaut, la déchirure, fonctionne dans le rêve comme le moteur même de quelque chose qui serait entre le désir et la contrainte - le désir contraignant de figurer. Figurer malgré tout donc forcer, donc déchirer. Et, dans ce mouvement contraignant, la déchirure ouvre la figure, à tous les sens que pourra prendre ce verbe. Elle devient comme le principe et l’énergie même - suscités par l’effet de déchirure, à savoir l’absence - du travail de figurabilité. » (Didi-Huberman, 1990).

Nous interrogerons avec les réalités mixtes, cet entre-espace dans leurs possibilités de rendre visible les fonctionnements des dispositifs, dont la cartographie n’est paradoxalement plus la représentation d’un territoire mais bien le résultat d’une expérience vécue au sein du dispositif. 

Ce que Marc Veyrat nomme eSPACE à la fois lieu hybride et nouveau territoire, un entre-espace constitué d’une infinité d’espaces à réalités mixtes. La particularité de l’eSPACE (au delà de son écriture même qui propose bien un point de scission dans des emboitements) demeure les stratifications, parce que « la réalité mixte forme un composite spatial fait de l’hybridation d’un espace physique et numérique. L’espace de la réalité mixte n’est pas l’addition d’un espace physique et d’un espace digital, mais le vortex qui nait des flux interactionnels générés par les rencontres entre individus. » (Lucas, 2012).

En agissant dans le dispositif, les révélations spatio-temporelles, seraient un mélange possible justement entre l’espace comme région d’intimité (du dedans) et les espaces d’hostilités, pour reprendre Gaston Bachelard. L’entre-deux proposerait une appartenance affective aux deux en investissant le sujet. Michel Foucault l’analyse comme espace extérieur et localisable (du dehors) qui ne s’oppose pas mais neutralise les hétérotopies : « Nous sommes à un moment où le monde s’éprouve, je crois, moins comme une grande vie qui se développerait à travers le temps que comme un réseau qui relie des points et qui entrecroise son écheveau ». (Foucault, 1967)
Ces espaces relationnels seraient ainsi uniquement visibles et expérimentables dans un contexte particulier à réalités mixtes, dont l’oeuvre dévoilerait le fonctionnement et les mises en liens sous forme de cartographies particulières, que nous nommons sensibles parce qu’« il existe pourtant une conjonction de paramètres sociaux, esthétiques, neuroscientifiques et anthropologiques, qui laisse espérer, au contraire, que l’expérience sensorielle au travers des casques de réalité virtuelle sera à même de bouleverser [...] la hiérarchie des sens telle qu’elle prédomine dans les civilisations occidentales » (Tsaï, 2016). 

C’est justement sur ces modalités de création et utilisation de données ainsi que sur des propositions scénarisées de mises en relations inédites, que nous souhaitons interroger des espaces et lieux hétérotopiques (des lieux dont le but est de faire communiquer des espaces) et hétérochroniques comme certains espaces publics, des musées, des sites patrimoniaux et ici à Chambéry le Musée (jardin et maison) des Charmettes. Désormais intouchables, certains sites ou espaces publics semblent figés, garant et témoin de leurs histoires (dans tous les sens du terme). Ainsi, les réalités mixtes permettent-elles de questionner, détourner, ouvrir ces lieux protégés, marqués entre temps et espaces. 
Parce qu’aujourd’hui si les expériences à réalités mixtes sont proposées par des musées (les japonais TeamLab ou l’immensité des peintures de Vincent Van Gogh au Grand Hall de la Villette à Paris, The Rain Room au County Museum of Art de Los Angeles, l’Infinity Mirror Room de Yayoi Kusama au Victoria Miro Museum de Londres pour ne citer qu’eux, elles demeurent spectaculaires et plus proches de productions de loisirs que de démarche artistique. En effet, “il ne s’agit pas nécessairement de nous proposer une « image » du monde telle que l’artiste le verrait—mieux ou de manière plus sensible—, mais de nous donner peut-être l’occasion effective d’expérimenter cette « vision » du monde qui nous entoure.” (Beaufort, 2007)

Questions
Comment interroger les potentiels d’extension et de mises en application d’expériences de dispositifs hybrides à partir de l’art ? Activant, à elles seules, des cartographies impossibles à obtenir autrement, comment des œuvres dévoilent de nouvelles perceptions de ces lieux et comment rejouent-elles les rôles des interfaces. Nous défendrons l’hybridation d’espaces-temps visibles sous forme de cartographies sensibles, voire sensorielles non pas comme représentations mathématiques ou quantitatives des mouvements et vagabondages lors de l’expérience, mais au contraire à travers  la possibilité de rendre visible des liens, des contenus, des systèmes, des espaces, des données, des formes, l’Autre… créés lors de ces expériences. 

“Nous avons besoin d’une métrique topologique qui envisage une substance sociale du monde dont la trame de base soit capable d’enregistrer les transformations des rapports entre les acteurs. L’expérimentation vise donc à restituer cartographiquement une spatialité sociétale, c’est-à-dire un monde non plus constitué par la terre, les mers, les continents, les États..., mais par des êtres humains, par des collectivités, qui métamorphosent les éléments d’immanence en espace habité”. (Sloterdijk, 2005)

Alors, ces cartographies ne seront plus désormais la représentation d’un monde mais la révélation d’un fonctionnement, révélant aux usagers en temps réel une tout autre manière de concevoir, anticiper, élaborer ces espaces avec de toutes nouvelles capacités d’appréhension. 

Ainsi, nous souhaiterions aborder ces cartographies sensibles et les rôles des interfaces par 3 axes : comment rendre compte d’une expérience entre lieu physique et dispositifs à réalités mixtes par :
valorisation et proposition de nouveaux usages et potentiels des réalités mixtes face à des organisation spatiales et lieux architecturaux difficilement exploitables car protégés, invisibilisés ou au contraire hypermédiatisés
importance des scénarisations des données et des rôles de la fiction dans les dispositifs à réalités mixtes
nécessité de prendre en compte nos corps en présence et nos réactions émotionnelles où les spectateur.trice.s repensent et accèdent à la compréhension de leur environnement en temps réel en le construisant : d’abord par la modélisation virtuelle d’espaces élaborés à partir de leurs déplacements (du portable à la motion capture en passant par l’hologramme par exemple), ensuite par l’appropriabilité et l’enrichissement des contenus dont seuls des univers virtuels et des technologies inventives donneraient accès. 


Ce colloque est ouvert à toutes les disciplines qui interrogent ces problématiques à partir de l’art.


Modalités de soumission :
à envoyer aux organisateur.trices

Colloque : 
- un résumé de 300 à 400 signes espaces compris, avec notice de l’auteur.e et bibliographie
avant le 15 novembre 2019, 12h, retour le 31 novembre 2019
- la version définitive pour publication avec images et droits à l’image, pour le 2 janvier 2020.

Exposition : 
- une présentation de l’oeuvre et des besoins matériels et de mises en espaces, avec frais déplacements, perdiem, logement , ainsi qu’une notice de l’auteur.e et CV ; l’oeuvre doit être déjà réalisée. 
avant le  15 novembre 2019, 12h, retour le 31 novembre 2019
- un texte explicatif définitif pour publication avec images et droits à l’image, pour le 2 janvier 2020.

Organisation :
Carole Brandon, carole.brandon@univ-smb.fr 
Marc Veyrat, marc.veyrat@univ-smb.fr 

Comité scientifique : 
Carole Brandon (Université Savoie Mont-Blanc)
Marc Veyrat (Université Savoie Mont-Blanc)
Ghislaine Chabert (Université Savoie Mont-Blanc)
Jacques Ibanez-Bueno (Université Savoie Mont-Blanc)
Khaldoun Zreik (Université Paris 8)
Roberto Barbanti (Université Paris 8)
Ghislaine Azémard (Chaire UNESCO / ITEN)
Patrizia Laudati (Université Les Hauts de France Valenciennes)
Pedro Andrade (Universidade do Minho Braga)
Philippe Fuchs (École des Mines Paris)
Vincent Ciciliato (Université Jean Monnet Saint-Étienne)
Michela Sacchetto (École Supérieure d’Art le 75 Bruxelles)
Caroline Bongard (Musées de Chambéry)
Laurent Roudil (Cabinet d’Architecture Remind)

Partenaires :
Université Savoie Mont-Blanc
Laboratoire LLSETI
Musées de Chambéry
Ville de Chambéry
École Supérieure d’Art Le Septante Cinq Bruxelles
Université Paris 8 
Laboratoire Paragraphe 
Laboratoire Arts des Images et Art Contemporain (AIAC / TEAMeD)
ArTeC
FMSH Paris
Chaire UNESCO / ITEN
Entreprise 89/92
PixelPirate
Société i Matériel
FormaSup Pays de Savoie
LUDyLAB
Kitchen XR
Ferme de Chozal
Espace Larith
FabLab Le Prototype
Cabinet d’Architecture Remind
Université Jean Monnet Saint Etienne
Laboratoire CIEREC
Université Les Hauts de France
Laboratoire DeVisu
Universidade do Minho
Centro de Estudos de Comunicação e Sociedade (CECS) 

Bibliographie:
Andrieu, B., et Thomas C. (dir.), (2017), Entre les corps. Les pratiques émersiologiques aujourd’hui (cirque, marionnettes, performance et arts immersifs), Actes du colloque des 7 et 8 octobre 2016 au Centre national des arts du cirque, Paris, l’Harmattan, collection Mouvement des savoirs.
Arnaldi, B., Guitton, P., Moreau, G. (dir.), ( 2018), Réalité Virtuelle Et Réalité Augmentée - Mythes et Réalités, ISTN
Baudrillard, J. (1981), Simulacres et Simulation, Galilée.
Beaufort,C. (2007),  espaces transfigurés, in Revue d’esthétique Figures de l’Art, n° 13, Pau, PPPA, pp.219-237.
Bourassa,R., Poissant,L., (2013), Personnage virtuel et corps performatif : Effets de présence, Presses de l’Université du Québec.
Brandon, C., la notion de “Moucharabieh” en arts numériques in 100 notions pour l’art numérique (coordination de la collection 100 notions Ghislaine Azémard, coordination de l’ouvrage Marc Veyrat)
Brandon, C., (2016) l’espace flottant, in L’entre [corps/machine] : La Princesse et son Mac, https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-02111485/
Buci-Glucksmann, C. ( 1999), L’Art à l’époque du virtuel, L’Harmattan.
Casilli, A., (2010), Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Seuil, collection La couleur des idées.
Cauquelin, A., (2013), le Site et le Paysage, PUF.                         
Chabert, G., (2012), Les espaces de l’écran, in Lancien, T. (dir.), Ecrans et Médias, MEI (Médiation et Information), n°34.    
Couchot, E. (1998), La technologie dans l'art : de la photographie à la réalité virtuelle, J.Chambon.
Didi-Huberman, G. (1981), Devant L’image, Editions de Minuit, p.186.
Frémont, A., (2009 (1980)), La Région, espace vécu : l’entre-lieu qui fait lien, travaux de l’institut de géographie de Reims, N°41-42, in Reynaud, A. (dir.), Analyse régionale. Réflexions critiques, concepts, techniques, études de cas. 
Flichy, P. ( 2001), L’imaginaire d’internet, La Découverte.
Foucault, M. (1967, (1994), Des espaces autres : conférence prononcée à Paris en 1967 intitulée Les espaces autres, qui figure parmi les textes publiés dans le recueil Dits et Ecrits (tome IV, p. 752-762).
Fuchs, P, (2018), Théorie de la réalité virtuelle -Les véritables usages, Presses des Mines.
Fuchs, P, (2017), Les casques de Réalité Virtuelle et de jeux vidéo, Presses des Mines.
Golsenne, T., Ribault, P., (2015), Essais de bricologie, EHESS.
Hall, E.T. (1966), La Dimension Cachée, Points.
Ibanez-Bueno, Jacques, Chabert, Ghislaine, Lamboux-Durand, Alain, et Wanono, Nadine (ed.), 2017. Visual methods and digital worlds, CNRS, Universités Bourgogne Franche-Comté & Savoie Mont-Blanc, Cuadernos Artesanos de Comunicación, Cac137, La Laguna (Tenerife).
Lucas, J.-F., (2012), Interactions et réalité mixte dans la ville hybride, in Zreik Khaldoun (sous la dir.), HyperUrbain 3 : Villes hybrides et enjeux de l'aménagement des urbanités numérique, Actes du colloque HyperUrbain.3, Europia Production.
Maïlat Maria, Rubrique - Le virtuel, le réel et l'actuel, Informations sociales, 2008/3 (n° 147), p. 90-91. https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2008-3-page-90.htm         
Mekdjian, S., Olmedo, E., 2016, Médier les récits de vie. Expérimentations croisées de cartographie sensible et narrative, Mappemonde [En ligne],118| 2016, http://mappemonde.mgm.fr/118as2/ 
Merleau-Ponty, M., (1964), La Phénoménologie de la Perception, Gallimard, collection Tel.
Merzeau, L., (2009), Du signe à la trace, ou l’information sur mesure, in Hermès, N°53, Traçabilité et réseaux, CNRS éditions, p.23-29.
Olmedo, E., 2017, Cartographies textiles. Expérimentations de cartographie sensible dans le quartier de Sidi Yusf, Marrakech, Maroc, BRONNER A.-C., TROIN F., ZANIN C, Actes du colloque Temps, art cartographie, 16-18/03/2016, Strasbourg, Cartes et géomatiques
Olsson, G. (2007), Abysmal: A Critique of Cartographic 
Reason.  Chicago: The University of Chicago Press.
http://polau.org/pacs/test-page/ 
Sinigaglia, R. e., Tsaï, F, (2008). La réalité virtuelle, un outil pour renouer avec la sensorialité https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2016-1-page-188.html  
Sloterdijk, P., (2005). Ecumes. Sphères III, Marensell.
Sussan, R., (2005), Les utopies Posthumaines - Contre-culture, cyberculture, culture du chaos, Omniscience, collection Les essais.
Sutherland,E.I., (1965), The Ultimate Display, in Proceedings of IFIP Congress, pp. 506-508
Veyrat, M., (2016), Never Mind, de l’information comme matériau artistique 1, L’Harmattan
Veyrat, M., (2015), La Société I matériel, de l’information comme matériau artistique 2, L’Harmattan
Veyrat, M., (2014), Arts et Espaces Publics, L’Harmattan
Zreik, K.sous la dir.), HyperUrbain 3 : Villes hybrides et enjeux de l'aménagement des urbanités numérique, Actes du colloque HyperUrbain.3, Europia Production, 2012

commentaires

Appel à participation - LES ADOLESCENTS ET INTERNET

Publié le 1 Mars 2019 par Anaïs BERNARD dans appel à participation

Appel à participation - LES ADOLESCENTS ET INTERNET

Inscrivez-vous et participez à une recherche artistique !
6, 7, 9 ou 10 mai 2019


Vous avez entre 11 et 18 ans ?
Vous pratiquez les jeux vidéo en ligne, participez à une communauté en ligne, un projet collaboratif, avez créé un blog ou une chaîne YouTube ?
 
A propos
Le duo d’artistes Barbara Matijevic et Giuseppe Chico (Compagnie Premier Stratagème) proposent des spectacles entre documentaire et fiction qui mettent en scène des histoires, des cultures et des pratiques issues de ce que l’on trouve sur Internet (voir le spectacle « Forecasting »).

Pour leur prochain spectacle « Screenagers » (programmé au Centre des arts pour la saison 2019-2020), ils imaginent un dialogue entre leur génération (celle des adultes quarantenaires) née avant l’arrivée du Web, et la vôtre, celle des adolescents immergés dans Internet dès leur naissance. Curieux de votre imaginaire, ils souhaiteraient vous rencontrer pour vous écouter sans jugement, ni tabou, leur raconter la manière dont vous vous appropriez Internet.

Ces rencontres-ateliers se dérouleront dans une atmosphère bienveillante et détendue dans le but de partager avec plaisir ces pratiques. Elles pourront être organisées individuellement ou en petits groupes (5 personnes max.).

Vous êtes invités à apporter votre smartphone !
 

Profil d’adolescents recherchés et type de pratiques explorées
Ado participant à un projet collaboratif en ligne (autre que jeux vidéo)
Ado jouant à des jeux vidéo en ligne (solo, multi joueurs)
Ado ayant un/des blogs
Ado ayant sa chaine YouTube avec son contenu original
Ado appartenant à une communauté qui se rencontre en ligne mais qui fait aussi des choses ensemble dans la réalité physique
Ado participant de manière active et régulières aux forums de discussion liés à des thématiques précises (pas réseau social généraliste)
 

Informations pratiques

Si vous souhaitez participer, vous pouvez contacter :
Julie Fichera, responsable du développement des publics / 06 07 34 77 00 / jfichera@cdarts.enghien95.fr
Sarah Voillaume, chargée de mission arts de la scène / 06 60 65 41 16 / svoillaume@cdarts.enghien95.fr

Dates : les 6, 7, 9 ou 10 mai 2019 entre 9h et 19h
Durée : entretien de 1h30 à 2h
Lieu : Centre des arts / 12-16 rue de la Libération – 95880 Enghien-les-Bains

commentaires

Appel à participation - Focus XR 2019

Publié le 23 Février 2019 par Anaïs BERNARD dans appel à candidature, appel à participation

Appel à participation - Focus XR 2019

L'Institut français organise la deuxième édition du programme Focus dédié aux réalités immersives en partenariat avec Laval Virtual, le Forum des images, Le Centquatre, la Gaîté Lyrique et avec la contribution d'Uni-XR. Pendant une semaine, une trentaine de professionnels étrangers (programmateurs de lieux et de festivals, curateurs, producteurs, chercheurs, CEO...) est invitée à découvrir le secteur et rencontrer les acteurs de la XR française.
Les 18, 19 et 22 mars 2019, la délégation internationale sera à Paris. Des rendez-vous professionnels, des pitch de projets et des présentations d'oeuvres sont organisés à cette occasion. Ce formulaire est destiné aux professionnels français qui souhaitent rencontrer la délégation internationale afin de leur présenter leurs projets. 
Les projets proposés doivent relever de la création culturelle en réalité immersive, avoir un potentiel de diffusion internationale ou de collaboration avec un partenaire étranger. 
Cet appel est ouvert jusqu'au 27 février. Pour toute information complémentaire vous pouvez contacter Hannah Loué : hannah.loue@institutfrancais.com 

commentaires

Appel à participation - 32e Festival Les Instants Vidéo

Publié le 25 Janvier 2019 par Anaïs BERNARD dans appel à participation

Appel à participation - 32e Festival Les Instants Vidéo

Appel à participation 2019
32e Festival Les Instants Vidéo
Novembre 2019 – Marseille (et souvent ailleurs)


En 1969, Neil Armstrong fait les premiers pas de l’humanité sur la Lune. La même année, Nam June Paik fabrique un soutien-gorge avec deux petites télévisions qui diffusent les images de cet exploit. Il le pose sur les seins dénudés de Charlotte Moorman jouant du violoncelle : TV Bra for Living sculptures. L’exploit est encore plus grand. L’art vidéo créé une constellation reliant l’érotisme, la technologie et le cosmos. 

En 2019, des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants (des milliers de Neil Armstrong) n’ont pas la possibilité de mettre un pied à terre. Ils échouent en mer à bord de leurs petits Apollo 11 miniatures. La planète et les rêves humains ont rétréci. Il n’existe que trois solutions pour ne pas sombrer dans les eaux noires du désespoir 1) une ou des rencontres amoureuses 2) faire collectivement une révolution sociale émancipatrice 3) mener en permanence des actions poétiques et artistiques.
En ce qui concerne les points 1 et 2, les Instants Vidéo n’ont pas vocation à organiser de tels projets. Nous ne sommes ni des entremetteurs ni un Bureau Politique. Nous sommes juste une petite bande d’amants de la liberté, et à ce titre nous ouvrons grandes les portes de notre festival à toutes les propositions artistiques joyeusement soucieuses de rendre la vie plus intéressante que l’art.

L’art vidéo n’a ni dit son dernier mot, ni montré sa dernière image.
Artistes de tous les pays, unissons nos films, installations vidéo et performances pour que chaque humain puisse librement marcher sur la terre, léger comme un cosmonaute dans l’espace.
Date limite d’inscription : 1er juin 2019

Formulaire à remplir en ligne au lien ci-dessous.

commentaires
1 2 3 4 > >>