Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

Histoires de modernologues

Publié le 17 Mars 2022 par Anaïs BERNARD dans conférence

© 2022 Jeunes Commissaires

© 2022 Jeunes Commissaires

DATE
Jeudi 24 mars 2022

HEURE
19H00 - 20H00

Marjolaine Lévy est docteure en histoire de l'art contemporain à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), critique d'art et professeure d'histoire de l'art à l'EESAB (Rennes) et à l’Ensad (Paris).

Elle est l’auteure, parmi d’autres essais et catalogues d’exposition, de Les Modernologues (Mamco, 2017) et a dirigé l’ouvrage 20 ans d’art en France. Une histoire sinon rien. (Flammarion, 2018), vaste panorama de la scène artistique française de 1999 à aujourd’hui. Elle collabore régulièrement aux Cahiers du Musée national d’art moderne et à la revue Interwoven. Elle travaille actuellement à un projet de recherche sur art, décor et télévision.

Elle a assuré le commissariat des expositions « Des mots et des choses » au Frac Bretagne au printemps 2019, « 26 x Bauhaus », projet itinérant présenté en 2019 dans les instituts français de Berlin, Brême et Munich, ainsi que « Histoires d’abstraction. Le cauchemar de Greenberg » en 2022 à la fondation Pernod Ricard. Elle travaille à une exposition consacrée au formalisme dans le paysage artistique contemporain.

 

Penser le Présent est réalisé avec le soutien de Société Générale.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

LIEU
Amphithéâtre des Loges

ADRESSE
14 rue Bonaparte, 75006 Paris

commentaires

Rencontre avec Lukas Zpira

Publié le 12 Mars 2022 par Anaïs BERNARD dans conférence

Rencontre avec Lukas Zpira

Rencontre avec l'artiste Lukas Zpira, créateur du « Bødy Hacktivism ». Un événement proposé dans le cadre de l’exposition « Aux frontières de l’humain ».

Lukas Zpira est un artiste transdisciplinaire explorant la notion de territoires et de frontières. Frontières physiques, territoires culturels, frontières de conscience et tous les espaces entre les deux. Artistiquement actif depuis 1991, il travaille autour de Body Modification depuis le milieu des années 90. Il a créé le mouvement Bødy Hacktivism tout en développant un art laboratoire sur les expériences organiques, l'esthétisme érotique, la performance et les rituels. Les médiums sont les performances, la photographie, le transmédia, les éditions, et chaque création fait écho à la notion de puzzle, de déconstruction/reconstruction, et limites. Lukas Zpira est désormais un nom de référence dans l'univers du cyberpunk et du body hacking. Son travail a voyagé partout dans le monde, confrontant et mélangeant beaucoup d'inspirations culturelles, expérimentant le nomadisme et la sérendipité.

Samedi 19 mars 2022 à 17 h - Durée : 1 h.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Réservation conseillée sur billetterie.museedelhomme.fr

commentaires

Festival VIDEOFORMES 2022

Publié le 10 Mars 2022 par Anaïs BERNARD dans Festival, festivals

Festival VIDEOFORMES 2022

Depuis 1984, VIDEOFORMES est un observatoire permanent des nouveaux développements de l’art contemporain numérique et vidéo et offre diverses possibilités de présentation, de rencontres et de réflexion aux artistes, aux professionnels et au public.

VIDEOFORMES 2022 - 37ème édition
FESTIVAL : 17 mars > 20 mars
EXPOSITIONS : 17 mars > 03 avril
-----------------------------------
> Festival International d'Arts Numériques
> En accès libre*
-----------------------------------
FESTIVAL : du 17 au 20 mars 2022
> Vernissage : parcours des expositions
> Actes Numériques #3 : Journées professionnelles
> Performances audio-visuelles
> Compétition vidéo, palmarès, séance spéciale
> Films & expériences en réalité virtuelle
> Digital Lounge : lieu d'accueil du festival, bar, restaurant…
-----------------------------------
EXPOSITIONS : du 17 mars au 3 avril 2022
> Chapelle de l’Oratoire
> Salle Gilbert-Gaillard
> Chapelle de l'Ancien-Hôpital-Général
> Chapelle de Beaurepaire
> Galerie Dolet CROUS Clermont Auvergne
-----------------------------------
EXPOSITION JEUNE PUBLIC : du 22 mars au 2 avril 2022
> Centre Camille-Claudel

commentaires

LE TRANSHUMANISME : UTOPIE, DYSTOPIE OU RÉALITÉ ?

Publié le 9 Mars 2022 par Anaïs BERNARD dans conférence

LE TRANSHUMANISME : UTOPIE, DYSTOPIE OU RÉALITÉ ?

Un format novateur et une expérience inédite : participez à une rencontre interactive avec des chercheurs, initiez-vous à la démarche scientifique et prenez la parole au Musée de l’Homme !

Quelles frontières permettent encore de délimiter les contours de l’humain et de s’assurer de sa spécificité par rapport aux animaux et aux machines ? Cette question devient urgente dans un contexte où se développe la prétention à fabriquer et modifier l’être vivant plutôt que de le laisser naître et grandir, aléatoirement, comme un donné naturel. Il est par exemple désormais possible d'agir sur le cerveau pour réparer les handicaps physiques et mentaux. Certains vont même jusqu'à prédire la fusion entre cerveau et ordinateur, entre intelligence humaine et artificielle. Quel crédit accorder à ces visions techno-futuristes du transhumanisme ? Quelle est la part du prouvé, du probable et de l'utopie ? Il est essentiel d'informer un large public sur les innovations bénéfiques pour « réparer » les humains, et celles qui visent à transformer les individus et menacent leur liberté d'agir et de penser, annonçant l’émergence d’un post-humain impossible à anticiper…

Jean-Michel Besnier est professeur émérite de Philosophie à l’Université Paris-Sorbonne où il a dirigé le Master « Conseil éditorial et Gestion des connaissances », ainsi que l’équipe de recherches 3559 « Rationalités contemporaines ». Il fut responsable scientifique du Pôle de Recherches « Santé connectée et Homme augmenté », à l’Institut des sciences de la communication du CNRS. Il a enseigné à l’Université de Technologie de Compiègne (UTC) de 1988 à 2001, d’abord en tant que MCF puis comme professeur. Il y assura la direction du Département Technologie et Sciences de l’Homme, trois années durant. De juillet 2009 à avril 2011, il exerça la fonction de Directeur scientifique du secteur Sciences et Société à la Direction Générale Recherche et Innovation du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il est actuellement membre du Conseil scientifique de l'IHEST (Institut des Hautes Études en Sciences et Techniques) et le fut de celui de la Cité des sciences et de l’industrie (Universcience). Il effectua trois mandats au CNL (Centre national du Livre) dont l’un en tant que président de la Commission Littérature scientifique et technique. En 2020, il est conseiller scientifique pour l'exposition « Aux frontières de l'humain », exposition temporaire du Musée de l'Homme.

Catherine Vidal est neurobiologiste, directrice de recherche honoraire à l’Institut Pasteur de Paris, membre du Comité d'Ethique de l'Inserm et co-fondatrice du groupe « Genre et Recherches en Santé ». Elle se consacre également à la vulgarisation du savoir scientifique à travers des publications, des conférences et des interventions dans les médias. Son intérêt porte sur les enjeux éthiques des neurosciences, le déterminisme en biologie, le cerveau et le sexe, les inégalités de santé entre les femmes et les hommes. Elle est membre de ONU Femmes France, de l'Association « Femmes et Sciences » et est co-directrice de la collection « Egale à Egal » aux éditions Belin. Elle a été promue Officière de la Légion d'Honneur en 2019.

Mercredi 16 mars 2022 à 18 h à l'Auditorium Jean Rouch - Durée : 1 h 30.
Rendez-vous à l'accueil du musée.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Réservation conseillée sur billetterie.museedelhomme.fr

commentaires

L'art à la rencontre du vivant avec Marcus Coates

Publié le 8 Mars 2022 par Anaïs BERNARD dans conférence

L'art à la rencontre du vivant avec Marcus Coates

Conférence: L'art à la rencontre du vivant avec Marcus Coates
Mercredi 16 mars 2022, 19h à 20h

Perspectives différentes, autres soi

L'artiste contemporain anglais Marcus Coates présentera son œuvre, en s'intéressant particulièrement à la capacité de ses actions à créer des transformations personnelles, sociales et culturelles. La capacité à reformuler et réinventer les relations avec le monde "plus qu'humain" est au centre de ses préoccupations. Il est aujourd'hui un des artistes les plus importants sur ces enjeux. 

 

Conférence en anglais animée par Estelle Zhong Mengual.

Avec le soutien de Dior Parfums

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles

LIEU
Amphithéâtre des Loges

ADRESSE
14 rue Bonaparte, 75006 Paris

commentaires

EXTRA-NATURAL

Publié le 7 Mars 2022 par Anaïs BERNARD dans Exposition

EXTRA-NATURAL

EXTRA-NATURAL
Vernissage le samedi 05 février 2022
Exposition du 6 février au 20 mars 2022


Art to Be Gallery, Lille (France)
44, rue Saint-André
59800 Lille
www.arttobegallery.com

L'exposition Extra-Natural questionne la nature au temps de l’artificiel et propose aux visiteurs une nature réinventée.
Selon une démarche initiée à la fin des années 90, qui prend appui sur l’observation du règne végétal et sa transposition imaginaire dans l’univers numérique, Miguel Chevalier est le créateur de différents herbiers virtuels, notamment l’herbier Extra-Natural qui lui permet de créer des jardins virtuels.

Sont présentés dans l’exposition, différents tableaux réalisés par impression numérique mêlant matité et brillance. Ces œuvres introduisent cette génération de fleurs virtuelles sortant des classements botaniques : des plantes filaires et luminescentes, légères et fluides, d’une symphonie de couleurs éclatantes ; des herbacées aux longues feuilles translucides ; des fleurs exotiques aux corolles extraordinaires.

Trois œuvres Extra-Natural Lenticulaires présentent des jardins virtuels imaginaires qui par l’imagerie lenticulaire (procédé utilisant une feuille composée de lentilles cylindriques parallèles), permet de produire à partir d’une image statique, une impression de relief et de mouvement. Le visiteur est invité à se déplacer devant l’œuvre pour en capter toutes les subtilités. Selon son orientation, des effets surprenants de relief, de profondeur et un léger mouvement, semblent donner vie à cette nature.

Le visiteur découvre enfin sur un écran LCD, un jardin virtuel où ces fleurs de lumière prennent vie. Tel le cycle de la vie, les fleurs virtuelles s'épanouissent, fleurissent, grimpent, flétrissent et renaissent en variation. Les plantes se courbent de droite à gauche sans rompre leur fragile tige articulée. Les corolles des fleurs tombent pétale par pétale ; les feuilles chutent en une pluie poétique ; les fleurs disparaissent dans une explosion d’étamines. Ce ballet végétal de milliers de pixels procure une sensation méditative.
Extra- Natural est une forme d’impressionnisme numérique. L’œuvre retrouve la sensibilité cosmique de Claude Monet, qui explorait les variations de la lumière au cours du temps.

L'exposition Extra- Natural est une ode à la nature. Les différentes créations reflètent notre monde actuel où la nature est de plus en plus maîtrisée et conditionnée, ainsi que la vie artificielle devenue possible. Au-delà de leurs qualités esthétiques, ces œuvres questionnent les enjeux de la manipulation génétique : nul ne peut prédire ce que produiront ces fleurs libres de se croiser et de se reproduire à l’infini… Extra- Natural interpelle sur une biodiversité à préserver au risque d'être réduit à une nature totalement artificielle. Ce paradis artificiel cherche à créer les conditions d'une symbiose entre l'homme et la nature.

commentaires

La politique des images.

Publié le 4 Mars 2022 par Anaïs BERNARD dans conférence

Crédit photo : Jacqueline Salmon

Crédit photo : Jacqueline Salmon

Conférence La politique des images, de Georges Didi-Huberman
Vendredi 11 mars, de 19h à 20h

Philosophe et historien de l’art, Georges Didi-Huberman enseigne à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris). Il a enseigné dans de multiples universités étrangères et a reçu de nombreuses distinctions, dont le prix Aby Warburg, le prix Max Weber le prix Alexander von Humboldt et, en 2015, le prix Theodor W. Adorno.
Il a publié une soixantaine d’ouvrages sur l’histoire et la théorie des images, dans un vaste champ historique allant de la peinture de la Renaissance italienne aux problématiques les plus contemporaines sur la politique des images et l’héritage théorique d’Aby Warburg et de Walter Benjamin. Parmi les plus récents : Désirer désobéir (Minuit, 2019), Pour commencer encore (Argol, 2019), Éparses (Minuit, 2020), Imaginer recommencer (Minuit, 2021) et Le Témoin jusqu’au bout (Minuit, 2022).


Il a dirigé plusieurs expositions importantes, dont L’Empreinte au Centre Georges Pompidou (Paris, 1997), Atlas au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía (Madrid, 2010), Histoires de fantômes pour grandes personnes (avec le photographe Arno Gisinger) au Fresnoy, à Rio de Janeiro, à Beyrouth et au Palais de Tokyo, Memory Burns à l’OCAT (Pékin, 2015) et Soulèvements au Jeu de Paume (Paris, 2016) puis à Barcelone, Buenos Aires, São Paulo et México (2017-2018).


Penser le Présent est réalisé avec le soutien de Société Générale.

Amphi d'Honneur
Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

ADRESSE
14 rue Bonaparte, 75006 Paris

commentaires

Projets "Arts numériques, arts sonores, nouvelles écritures" pour la saison 2022/2023

Publié le 3 Mars 2022 par Anaïs BERNARD dans appel à projets

 Projets "Arts numériques, arts sonores, nouvelles écritures" pour la saison 2022/2023

Depuis huit ans, l’association Vanderlab est implantée dans un lieu patrimonial reconverti, le Château Éphémère à Carrières-sous-Poissy (Yvelines). Ce lieu dédié à la création numérique, sonore et musicale se donne trois objectifs principaux :

  • Offrir à des artistes français comme internationaux des résidences de création ;
  • Promouvoir auprès du grand public les usages créatifs des nouvelles technologies à travers une gamme d’ateliers associée à une programmation artistique mensuelle ;
  • Proposer à tou·te·s un espace de rencontre et de convivialité.

Ce projet, soutenu notamment par la Communauté Urbaine du Grand Paris Seine et Oise, la Région Ile-de-France et le Conseil Départemental des Yvelines a été initié par les associations Usines Éphémères et Musiques et Cultures Digitales.

Dans le cadre de son programme de résidences, Château Éphémère lance la huitième édition de son appel à candidatures dont la finalité est de soutenir la création artistique sonore et numérique tout en en faisant bénéficier le territoire et ses habitant·e·s.

 

Éligibilité

  • Tous les projets faisant concomitamment appel dans leur processus de production aux nouveaux usages du
  • numérique ainsi qu’à la création sonore et musicale sont éligibles.
  • Les projets peuvent être déposés par un·e artiste, un collectif, une structure de production ou de diffusion.
  • Le jury portera une attention particulière aux projets :
  1. souhaitant développer des actions en direction du tissu local (ateliers, rencontres...).
  2. portant une réflexion sur l’environnement, que cela soit au travers du choix des matériaux utilisés dans le cadre de la conception de l’œuvre et/ou à travers le sujet même du projet développé en résidence.
  • Chaque résidence sera, en outre, susceptible d’être ponctuée d’une restitution publique.

Conditions d’accueil
Chacun des 12 projets lauréats est accueilli entre les mois de septembre 2022 et juillet 2023 pour une durée
d’un mois maximum (sécable en deux parties).


Cet accompagnement inclut :

  • La mise à disposition d’un logement, d’un espace de travail et du parc technique du Château Éphémère (inventaire technique à télécharger ici).
  • Les porteurs et porteuses de projets bénéficieront en outre de l’accompagnement du régisseur technique ainsi que du LabManager en fonction de leurs disponibilités.
  • Ils et elles se verront par ailleurs octroyer une aide à la production d’un montant de 500€ TTC.
  • Dans le cadre de notre partenariat avec les Pépinières Européennes de Création, une à deux bourses complémentaires, d’une valeur de 500€ TTC chacune, seront accordées à un ou deux projet·s lauréat·s et des opportunités de diffusion en Belgique pourront également être envisagées avec notre partenaire Transcultures, Centre des cultures numériques et sonores basé en Wallonie.

Espaces de travail

  • 1 grand studio de 70m2, doté d’un grill et d’un système de diffusion octophonique, disponible pour une durée maximum de 2 semaines
  • 3 ateliers de 18m2 à 25m2
  • 1 studio d’enregistrement (45m2 de prise et une régie), disponible sous conditions
  • 3 studios de musique de 20m2 à 46m2
  • 1 séjour écrivain de 42m2
  • 1 FabLab (espace mutualisé)

 

Le dossier de candidature doit comprendre :

  • Le formulaire d’inscription dûment complété à télécharger ci-dessous ;
  • Un dossier artistique ;
  • Une note d’intention descriptive du projet, de la pertinence de sa production au sein de notre structure, de sa déclinabilité en une action sur le territoire et auprès de ses habitant·e·s, de son calendrier de mise en œuvre et des éventuels partenaires acquis et envisagés (2 pages maximum) ;
  • Une fiche technique prévisionnelle.


DÉPÔT

Merci d’adresser votre dossier de candidature complet au plus tard le dimanche 3 avril 2022 à 12h auprès d’Imane Lehérissier, responsable de la programmation, à l’adresse suivante : aap@chateauephemere.org.

Précisez dans l’objet du mail : « [VOTRE NOM] - Appel à projets Arts Numériques, Art Sonore & Nouvelles Écritures ».
Les éléments composant votre dossier devront être intégrés en pièce jointe ou via un lien WeTransfer dans un unique mail.
Les dossiers incomplets ne seront pas acceptés.

RÉPONSE
Les candidat·e·s recevront une réponse au plus tard début juin 2022.

 

commentaires

Mille plateaux, à l'abbaye du Ronceray

Publié le 2 Mars 2022 par Anaïs BERNARD dans Exposition

Mille plateaux, à l'abbaye du Ronceray

Le public peut du 2 mars au 3 juillet 2022 s'immerger dans cet environnement multimédia d'une scénographie animée de 66 dessins signés par le compositeur. 

La ville d’Angers, très active dans le cadre du soutien à la composition musicale et à la promotion des musiques actuelles, dans la lignée de son programme ‘Angers pousse le son’, proposera au printemps 2022 la réadaptation d’une œuvre majeure du compositeur Pascal Dusapin, Mille Plateaux 2022, créée en 2014 le cadre du célèbre Festival de Musique Contemporaine de Donaueschingen en Allemagne puis présenté en 2016 au Lieu Unique à Nantes.

 

L’installation Mille Plateaux est une œuvre de Pascal Dusapin mettant en scène 66 de ses dessins. À l’aide d’un algorithme génératif développé par Buzzing Light, les dessins s’entremêlent et fusionnent en un matériaux graphique en mouvement qui est vidéoprojeté sur de grands panneaux de tulle. Chaque tulle a une propriété optique différente (réflexion, transparence, opacité…) qui diffracte les dessins et les projettent dans l’espace.

L’installation a été présentée au célèbre Festival de Musique Contemporaine de Donaueschingen en Allemagne puis en 2016 au Lieu Unique à Nantes.

Mille plateaux est une mise en sons et en images de son univers onirique.
Depuis toujours sa pratique du dessin, tout en courbe et en liberté, l’éloigne de la rigueur de son écriture musicale.
Pour retrouver un geste, pour libérer sa main, il dessine sans contrainte, d’un mouvement souple, ce qu’il appelle des « pensoirs ». Cette installation immersive – présentée à l’automne 2014 au prestigieux Festival de Donaueschingen – est la formalisation de son espace mental intime et aérien, comme une plongée dans les méandres de sa création musicale.
On assiste ici à l’orchestration des couleurs, des volumes et des courbes, dans un environnement sonore que l’artiste a imaginé à partir de captations de sons de vent du monde entier.

 

Pascal Dusapin

Compositeur français né le 29 mai 1955 à Nancy.

Pascal Dusapin fait ses études d’arts plastiques et de sciences, arts et esthétique à l’Université de Paris-Sorbonne. Entre 1974 et 1978 il suit les séminaires de Iannis Xenakis. De 1981 à 1983 il est boursier de la Villa Médicis à Rome.

Il reçoit de très nombreuses distinctions dès le début de sa carrière de compositeur. Parmi celles-ci, le Prix symphonique de la Sacem en 1994, le Grand prix national de musique du ministère de la Culture en 1995 et le Grand prix de la ville de Paris en 1998. La Victoire de la musique 1998 lui est attribuée pour le disque gravé avec l’Orchestre national de Lyon, puis de nouveau en 2002, comme « compositeur de l’année ». En 2005, il obtient le prix Cino del Duca remis par l’Académie des Beaux-arts. Il est Commandeur des Arts et des Lettres. Il est élu à la Bayerische Akademie der Schönen Künste en juillet 2006.

En 2006 il est nommé professeur au Collège de France à la chaire de création artistique. En 2007, il est lauréat du Prix international Dan David, un prix international d’excellence récompensant les travaux scientifiques et artistiques et qu’il partage avec Zubin Metha pour la musique contemporaine. En 2014, il est Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur.

Il est l’auteur de nombreuses pièces pour solistes, musique de chambre, grand orchestre et opéras.

En 2019, Pascal Dusapin présente Lullaby Experience, son premier travail en collaboration avec l’Ircam, au festival ManiFeste. Le Président de la République Emmanuel Macron lui commande la partie musicale de l’œuvre créée le 11 novembre 2020 lors de la panthéonisation de Maurice Genevoix. En février 2021, il est à l’honneur du festival Présences de Radio France.

Les œuvres de Pascal Dusapin sont publiées par les Éditions Salabert (Universal Music Publishing France) et principalement enregistrées chez Naïve/Classic.

commentaires

Pourrir dans un monde libre

Publié le 1 Mars 2022 par Anaïs BERNARD dans Exposition

Pourrir dans un monde libre

Ce printemps, le MO.CO. Panacée organise la première exposition monographique de l’artiste américain Max Hooper Schneider dans une institution européenne.

Pourrir dans un monde libre – dont le titre est une référence à la chanson éponyme du groupe de death metal Carcass – est une carte blanche à l’artiste. Il investit l’ensemble des espaces du MO.CO. Panacée, dans lesquels il présente des paysages en mutation, ce qu’il appelle des jardins « médico-légaux » (forensic gardens).

L’exposition comprend une dizaine de sculptures récentes, certaines cinétiques, qui aborde par leurs matériaux assujettis aux usures du temps – pourrissement, fragmentation, fossilisation, mécanisation, changements d’odeur et de couleur – les contradictions inhérentes à la confrontation avec la mort ou la perte. Le MO.CO. Panacée présente également une série de nouvelles œuvres – sculptures, dessins, vidéos, installations immersives – dont certaines ont été produites en collaboration avec des acteurs du territoire lors d’une résidence de recherche et de production à Montpellier. 


Max Hooper Schneider

Né en 1982 à Los Angeles, Etats-Unis.
Vit et travaille à Los Angeles, Etats-Unis.

Formé en biologie marine et architecture de paysage, la pratique de Hooper Schneider se situe au croisement de l’art et de la science et comprend souvent diverses collaborations avec des chercheurs, artisans, créateurs et fabricants afin d’imaginer de nouveaux écosystèmes où l’artificiel et l’organique, l’humain et le non-humain se fusionnent, s’infectent, s’hybrident et se contaminent prenant de formes inédites.

Hooper Schneider a bénéficié notamment d’expositions personnelles à High Art (Paris), au Hammer Museum et Jenny’s (Los Angeles, Californie) parmi d’autres. Son travail a été présenté dans des expositions de groupe au Salon d’octobre, Biennale de Belgrade ; 16eBiennale d’Istanbul ; 13e Triennale de Pays Baltes (Vilnius, Lituanie ; et Riga, Lettonie) ; au Musée d’art moderne de la ville de Paris ; ou à la High Line (New York, NY).

 

MO.CO. Panacée

14 rue de l'Ecole de pharmacie 34000 Montpellier

Du 12 février au 24 avril 2022

Vernissage le 11 février de 18h à 21h

Prédire quelles espèces survivront à la crise écologique n’est pas le fruit de certitude, mais de spéculation. Ce que l’on sait cependant, c’est que les héritiers de la planète seront ceux qui, tout comme les extrêmophiles, seront capables de prospérer sur le substrat luxuriant de la pourriture humaine accumulée au cours des siècles de destruction volontaire que beaucoup ont caractérisée comme le rapport de l’homme à la nature.

Max Hooper Schneider

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>