Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

Faire corps - Adrien M & Claire B

Publié le 12 Septembre 2020 par Anaïs BERNARD dans Exposition, exposit

Faire corps - Adrien M & Claire B

Faire corps - Adrien M & Claire B est un ensemble d'œuvres immersives et interactives, réunies pour la première fois à la Gaîté Lyrique : une exposition-expérience qui nous invite à bouger, danser, interagir.

Initialement programmée du 24 janvier au 3 mai 2020, l'exposition-expérience est prolongée pour la réouverture de la Gaîté Lyrique à partir du 2 septembre 2020 jusqu'au 3 janvier 2021. Pour préserver votre santé et celles de nos équipes, les conditions d’accueil et de visites sont adaptées, respectant les normes sanitaires :
- Masque obligatoire à partir de 11 ans.
- Gel hydroalcoolique sur place.
- Jauge réduite : réservation obligatoire.

Faire corps - Adrien M & Claire B est une exposition-expérience qui présente différentes œuvres de la compagnie, réunies pour la première fois à la Gaîté Lyrique : 

  • XYZT (2011-2015), son premier corpus d'œuvres,
  • L’ombre de la vapeur (2018), montrée pour la première fois à Paris, pièce produite par la Fondation d’entreprise Martell et adaptée pour la Gaîté Lyrique sur 500m2,
  • Core et Effluve (2020), deux pièces contemplatives créées pour la Gaîté Lyrique.

Accompagné d'une musique enveloppante, signée par Olivier Mellano avec les voix enchanteresses de Kyrie Kristmanson, l'émouvant parcours propose un changement de posture et d'attention à l'égard de ce qui nous entoure. Composé d’une dizaine de dispositifs, Faire corps - Adrien M & Claire B forme un vaste ensemble intuitif, éblouissant et curieux, intelligent et vibrant, dans lequel nous sommes invité·e·s à entrer, à bouger, à danser, à interagir.

Nous sommes immergé·e·s dans ce monde vivant qui ne cherche qu’à changer et à se transformer à notre contact, sous l’effet de nos gestes et de nos corps en mouvement. Avançant dans la pénombre, il faut jouer avec l’ombre et la lumière, les points et les lignes, le temps et l’espace, le vrai et le faux.

 

Depuis 2011, Adrien M & Claire B interrogent le mouvement et son impact dans des œuvres qui mêlent spectacle vivant et arts visuels. S'inspirant des mathématiques et des sciences naturelles, la compagnie Adrien M & Claire B, basée à Lyon, donne vie à un langage poétique visuel, et dessine de singuliers paysages dans lesquels nos corps viennent se perdre et se trouver.

commentaires

SYLVA

Publié le 11 Septembre 2020 par Anaïs BERNARD dans Exposition

SYLVA

SYLVA
Installation immersive de Lucie Lom
Du 19 septembre 2020 au 3 janvier 2021
Vous allez pénétrer dans une forêt...

On entre dans l’édifice, lentement, dans une semi-pénombre de laquelle émergent de premiers arbres si hauts, qu’on n’en voit pas la cime… Frémissants et argentés, ils semblent inondés de sève et caressés par le vent ; de brusques éclats lumineux les traversent comme si la lune se balançait à leurs branches ; le soleil s’y faufile, réveille des oiseaux invisibles et des insectes qu’abritent des feuillages épanouis.

On pénètre dans cette forêt comme dans un souvenir : avec discrétion, attentif aux sons qui s’offrent ; on contemple et on erre… C’est l’imaginaire qui guide nos pas. En s’enfonçant plus profondément entre
ces troncs, on découvre des piliers de pierre qui semblent irrigués par la même sève. Souvenirs d’un
édifice qu’aurait reconquis la nature ?

Aux confins de cette forêt, le sentier paraît s’ouvrir sur le chœur d’une immense église. Les pierres
se mêlent aux arbres, les feuillages aux ornementations ; le regard se lève vers le ciel, la voûte semble
comme suspendue, baignée de lumière. En écho à cette image onirique, les vers de Baudelaire nous
reviennent à l’esprit.

 

Vous l’aurez compris, SYLVA n’est pas une « exposition » au sens habituel du terme !
Aujourd’hui, pas d’artiste ou d’œuvre en particulier à vous présenter, mais une installation poétique et onirique pour une immersion sensorielle en forêt, « plantée » en cœur de ville…

Pour vous accompagner dans votre balade, nous avons semé, tout comme le ferait le petit poucet, quelques petits cailloux qui vous permettront de vous repérer tout au long de votre chemin. Quelques étapes pour marquer une pause dans cette déambulation imaginaire où vous ferez des rencontres exceptionnelles, où vous partagerez des moments d’échanges privilégiés, où vous découvrirez des activités inédites, autour de la musique, du chant, de la danse et du conte, mais pas seulement… Chaque promeneur devrait pouvoir y retrouver sa route.

Le chœur de la collégiale surgit ici comme une clairière. Il accueillera la majorité des événements publics de la saison culturelle qui vont jalonner SYLVA durant plus de trois mois. La chapelle des Anges, quant à elle, est dédiée à la lecture. Vous pourrez vous y poser un instant, confortablement installé, seul ou en famille, pour y découvrir une sélection d’ouvrages réalisée de concert avec le BiblioPôle et la médiathèque de Beaufort-en-Anjou, sur la thématique des arbres et de la forêt.

Enfin, pour poursuivre votre promenade en plein air cette fois, nous vous invitons à suivre les Rendez-vous nature en Anjou, une série d’animations gratuites proposés par le Département de Maine-et-Loire jusqu’à la fin de l’année. Vous pourrez y redécouvrir les bois et forêts de notre territoire.

Respirez, ça sent la forêt en automne !
-----

SYLVA, une métamorphose imaginée et mise-en-rêve par LUCIE LOM : Philippe Leduc, Élisa Fache et Marc-Antoine Mathieu. Avec la complicité et les talents de Patrice Grupallo, compositeur ; Olive Guillemain, vidéaste et Emmanuel Drouot, éclairagiste.

 

Informations pratiques
SYLVA
Installation immersive de Lucie Lom
Du 19 septembre 2020 au 3 janvier 2021.

Collégiale Saint-Martin
23 rue Saint-Martin - Angers
02 41 81 16 00 - info_collegiale@maine-et-loire.fr


Horaires
Exposition ouverte de 13 h à 19 h, tous les jours sauf le lundi.

Attention : en raison des spectacles et manifestations, les horaires d'accès à l'installation peuvent être restreints (les 27 septembre ; 15 octobre ; 4, 18, 19 et 24 novembre ; 1er et 16 décembre). Consultez nos pages "Agenda".
La collégiale Saint-Martin d'Angers est fermée les 1er et 11 novembre, 25 décembre et 1er janvier.

Tarifs
Plein tarif : 4 €
Tarif réduit : 3 €
Gratuit pour les moins de 18 ans.
Carte Privilège : 9 € pour un accès illimité au site pendant 1 an.
Retrouvez tous nos tarifs sur notre page dédiée.
L'entrée est gratuite le dernier dimanche de chaque mois

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.

Les Fleurs du mal (1857) – Correspondances

commentaires

Vers l’infini et au-delà

Publié le 10 Septembre 2020 par Anaïs BERNARD dans Exposition

Vers l’infini et au-delà

DU JEU. 17 AU DIM. 20 SEPT.
EXPOSITION
VERS L’INFINI ET AU-DELÀ
GUILLAUME MARMIN • MICKAËL LAFONTAINE • LAURENT LA TORPILLE

Dans le cadre du cycle d’expositions immersives consacré à des œuvres ligériennes.


Pensée, conçue et travaillée pendant le trouble de ces derniers mois, cette rentrée met à l’honneur plusieurs artistes ligériens, dont l’inspiration et la vitalité créative est restée intacte. Entre résilience et exploration de nouveaux mondes, le défi leur a été donné de plancher sur de nouvelles formes et expériences immersives, proposant une nouvelle approche des arts numériques, de notre rapport aux technologies, d'écritures transformant notre espace et notre perception.


De par leur poésie, leur approche critique, scientifique, esthétique, ces projets questionnent notre rapport à l’humain, la nature, le numérique et inspirent des voyages imaginaires…


1.3 SECONDE - GUILLAUME MARMIN (FR)
« 1,3 seconde », c’est le temps qu’il faut à la lumière pour parcourir la distance entre la Lune et la Terre. Imaginée par l’artiste Guillaume Marmin, cette installation au nom suggestif promet donc un voyage sensoriel et mystérieux. Dans l’obscurité d’une pièce agrémentée d’une myriade de faisceaux et de barres leds, vous serez invité·e à observer le déplacement d’ondes lumineuses. Cette expérience spatiale inspirée de la théorie de la relativité est sublimée par les compositions sonores envoûtantes de Philippe Gordiani et Jean-Baptiste Cognet.
Initialement conçue pour le festival Constellations 2019 (Metz), Guillaume Marmin présente ici une configuration inédite de son installation. Cet artiste nantais, réputé à travers le monde pour ses installations et performances, explore les liens entre lumière, son et espace, et prend régulièrement appui sur des questionnements scientifiques.


ELDORADO - LAURENT LA TORPILLE (FR)
Si certains considèrent encore Eldorado comme une contrée réelle, Laurent La Torpille préfère y voir une quête intérieure et spirituelle. Dans sa pensée labyrinthique il a imaginé une installation immersive faite de partitions graphiques et sonores, de poésie. L’artiste a également conçu un algorithme capable d’improviser de nouveaux thèmes à l’infini. Sans début ni fin, une poésie en modulation permanente qui narre l'histoire d'une quête. Dans ce “quatre mains avec lui-même” (ou plutôt deux cerveaux) Laurent La Torpille vous convie à l’accompagner dans son univers... et pourquoi pas d’y découvrir votre propre Eldorado.
Autodidacte issu de la culture underground et artiste numérique de la première heure, Laurent La Torpille se consacre à la création numérique protéiforme. Cet artiste nantais est notamment reconnu pour ses environnements dynamiques privilégiant les manipulations en temps réel de l’image et du son et leurs interactions.
Le projet ELDORADO a été conçu dans sa première version pour une performance à Electrons Libres en 2017. Ce projet est ici imaginé dans forme installation générative.


EQUILIBRE - MICKAËL LAFONTAINE (FR)
Equilibre est une installation poétique et symbolique à bien des égards : une douzaine de barres verticales disposées dans une pièce évoquent tour à tour des points cardinaux, des cadrans solaires ou des métronomes. Leurs ombres prennent vie grâce à une structure de LED les surplombant. Elles entrent en dialogue avec un dispositif de vidéo-mapping qui permet à la fois de les augmenter mais aussi de les plonger dans des univers organiques. Tout autour du public, une création sonore spatialisée immerge le public dans ce ballet d’ombre et de lumière.
Réelles ou numériques, ces ombres sont à la recherche de l’équilibre. Tantôt elles entrent en osmose avec des évocations abstraites de la nature, tantôt elles se métamorphosent et s’organisent afin de créer des constructions cinétiques à la fois complexes et instables. Progressivement des paysages émergent du sol. Dès lors, ombres et paysages évoluent en étroite relation au sein d’un même écosystème.
Cette installation, dans sa capacité à contrôler les ombres et à osciller entre contemplation et convulsions numériques, nous questionne sur notre rapport au monde. Les (dés)équilibres qu’elle engendre nous interrogent sur notre fragile relation avec la planète et ses écosystèmes.
Imaginée par l’artiste-développeur nantais Mickaël Lafontaine, spécialiste d’oeuvres interactives, Équilibre est le fruit d’une collaboration avec le musicien et compositeur Thomas Vaquié.
Coproduction Stereolux


- - - - - -
Jeudi : de 19h à 22h30
Vendredi / Samedi / Dimanche : de 13h à 19h
Dans le cadre de Nantes Digital Week

commentaires

Ars Electronica 2020

Publié le 9 Septembre 2020 par Anaïs BERNARD dans festivals

Ars Electronica 2020

Ars Electronica 2020 aura lieu non pas malgré, mais à cause de Corona. Du 9 au 13 septembre 2020, le Festival pour l'Art, la Technologie et la Société demande simplement ce qu'il faut faire maintenant? Et pour la première fois, ce n'est pas seulement discuté à Linz - dans le centre-ville et sur le magnifique campus JKU - mais dans 120 endroits à travers le monde. Venez faire ce tour du monde en 5 jours!

Ars Electronica 2020 est un voyage pour mesurer le «nouveau» monde et un voyage à travers les «jardins de Kepler», qui sont situés à Linz sur le campus JKU et dans 120 autres endroits à travers le monde. Au cours de ce voyage, les questions importantes de notre époque seront abordées, les questions soulevées par la crise corona mondiale et des conseils seront donnés sur ce que nous pouvons et devons faire maintenant. Tous les sujets abordés sont caractérisés par une INCERTITUDE générale et la question de savoir comment la crise va nous façonner et nous changer en tant qu'individus et en tant que société, nous en tant qu'HUMANITÉ. L'accent est mis principalement sur deux tensions: AUTONOMIE et DÉMOCRATIE ainsi que TECHNOLOGIE et ÉCOLOGIE.

D'Auckland à Johannesburg en passant par Los Angeles, de Bergen à l'Antarctique - les universités, musées, galeries, associations, municipalités et entreprises accueillent des centaines d'expositions, conférences, performances, concerts et ateliers dans 120 lieux à travers le monde basés sur le Adressez-vous au public respectif sur le site - Stay Home, Stay Safe! Ars Electronica, à son tour, en fait un festival en ligne qui rend toutes ces activités et perspectives locales accessibles à une communauté internationale.

commentaires

NewImages Festival 2020

Publié le 9 Septembre 2020 par Anaïs BERNARD dans Festival

NewImages Festival 2020

Festival NewImages - festival de la création numérique et des mondes virtuels
3e édition : 23-27 septembre 2020
Notre philosophie

De nouveaux mondes s’ouvrent à nous : des mondes qui ne se racontent pas, qui ne s’expliquent pas mais qui méritent avant tout et surtout d’être vécus. Avec vous ?

 

Les images ne doivent plus seulement être regardées, décryptées : elles doivent désormais se vivre, se ressentir, se toucher du bout des doigts. Volontairement précurseur, NewImages Festival se positionne à l’avant-garde des pratiques créatives innovantes, dont il propose une approche inédite.


Toujours sous l’angle des contenus et de la création artistique, NewImages Festival épouse de près toutes ces révolutions qui transforment et réinventent l’art de raconter des histoires. Plus encore : il les devance.

Pionnier dans le domaine de la réalité virtuelle hier, NewImages Festival célèbre aujourd’hui la XR dans toute sa diversité. Et demain ? Demain, d’autres formats viendront, des formats que nous ne soupçonnons peut-être pas encore… En revendiquant avec fierté cet ADN en permanente évolution, NewImages Festival se transforme d’édition en édition et au gré des innovations, avec l’intention d’offrir à chaque fois le meilleur des nouvelles formes de narration.

 

Au Forum des images mais aussi hors les murs, dans plusieurs lieux au cœur de Paris, et, pour la première fois en 2020, en partie en ligne et en mode virtuel, NewImages Festival continue de jouer les défricheurs de nouveaux horizons artistiques, les dénicheurs de talents. Avec toujours le même objectif : démocratiser les nouveaux usages, rendre accessibles les nouvelles formes de création et permettre à toutes et à tous de se les approprier.

C’est par cette approche globale et résolument protéiforme de la création immersive que NewImages Festival s’impose aujourd’hui comme un événement incontournable qui entend répondre aux attentes de tous les publics.

 

Reportée en raison des circonstances sanitaires, cette 3e édition – qui se déroulera in situ mais aussi en ligne – a su se réinventer pour offrir à toutes et tous ce que la création immersive fait aujourd’hui de mieux :

Une sélection des meilleures expériences de réalité virtuelle ou de réalité augmentée récentes, repérées à travers le monde et parmi lesquelles de nombreuses exclusivités ;
De la musique, de la danse et des performances, de la photographie… augmentées par le biais des nouvelles technologies pour des expériences inédites 

commentaires

SORTIE DE RÉSIDENCE — OUT OF YOUR MIND DE HIGH TONE & AV EXCITERS

Publié le 8 Septembre 2020 par Anaïs BERNARD dans Exposition

SORTIE DE RÉSIDENCE — OUT OF YOUR MIND DE HIGH TONE & AV EXCITERS

Le projet « OUT OF YOUR MIND » propose au public une nouvelle position d’écoute pour l’univers musical d’High Tone. La musique live combinée aux visuels 360° projetés par AV Exciters offre aux spectateurs un voyage émotionnel intense. Cette expérience immersive nous invite à appréhender notre vision du monde sous un autre angle : depuis sa genèse jusqu’à aujourd’hui en suivant la trace de l’Homme dans sa société.

Accueillie pour leur première résidence au Planétarium de Vaulx-en-Velin, l’équipe artistique vous propose deux restitutions de cette étape de création le mercredi 9 septembre 2020, à 19h00 ou 20h30. Le projet sera abouti à l’issue du cycle de résidences en février 2021.

Dans le cadre de l’appel à projets immersifs, cette résidence est soutenue par l’AADN – Arts et Cultures Numériques, le Planétarium de Vaulx-en-Velin, la Société des arts technologiques [SAT] (Montréal), le Planétarium de la Cité des sciences et de l’industrie (Paris), Stereolux (Nantes), le Planétarium de Nantes.

 

Amoureux des musiques indie des années 60 à aujourd’hui, High Tone a toujours su digérer un panorama musical varié autant que les éléments technologiques clés de chacune de ces décennies : guitare wah des 70’s, synthès des 80’s, turntablism et sampler des 90’s et logiciels électro des années 2000. Le groupe lyonnais, considéré comme un des pionniers de la dub en France, a souvent alterné la typologie de ses disques entre expérimentation et maturation. Dès le début de son parcours en 1998, High Tone a intégré une dimension visuelle à ses concerts et a été, à ce titre, un des groupes précurseurs dans l’utilisation de la vidéo live en France. Jouer avec les formes, la position et l’échelle des supports de projection leur a ainsi permis de créer un équilibre entre la place de l’image et la présence des musiciens. Signé sur le mémorable label audio-activiste Jarring Effects, High Tone a lancé en 2019 l’album « Time has come », tiré d’une citation de l’écrivain et psychologue Timothy Leary : « Time has come to go out of your mind ».

_________________

Gratuit sur réservation

Places limitées !

😷 Le port du masque est obligatoire à partir de 11 ans. Aucun masque ne sera distribué à l’entrée 😷

Nous portons une attention particulière pour respecter la distanciation sociale durant les représentations.

_________________

DURÉE PRÉVUE
Environ 30 minutes

ACCÈS
Planétarium de Vaulx-en-Velin
Place de la nation
69120 Vaulx-en-Velin

commentaires

Future Dreaming

Publié le 7 Septembre 2020 par Anaïs BERNARD dans VR

Future Dreaming

Dans ce film immersif de réalité virtuelle, vous entrerez dans une bulle de rêve déformant le temps alors que quatre jeunes aborigènes australiens vous guideront à travers leur avenir. Soyez prêt pour une aventure intergalactique. Cherchez les émeus de l'espace!

‍Future Dreaming a été inspiré par l'ancienne pratique aborigène australienne de Dreamtime, une technique de visualisation mentale où vous voyez votre esprit se déplacer à travers le passé, le présent ou le futur. Le projet a commencé par une question… «À quoi ressemblera votre avenir… dans une semaine?» Et puis il a grandi… «Dans 5 ans?… Et dans 20 ans?» «Pourriez-vous être le premier astronaute aborigène australien?» «Bien sûr!». Au cours de quelques mois, nos jeunes protagonistes: Ali Lockyer, Maverick Eaton, Nelson et Maxie Coppin, ont collaboré avec l'artiste VR Sutu pour concevoir leur Future Dreaming dans l'infini espace de création de la réalité virtuelle et une fois leurs mondes conçus, ils ont utilisé la technologie de capture de mouvement pour animer leurs avatars afin de raconter leur histoire et guider les visiteurs dans leur création.

Au fond, Future Dreaming représente une opportunité pour ces jeunes, originaires d'une région reculée de l'Australie occidentale, de rêver en grand et d'être inclus dans les possibilités technologiques de prototypage de leur propre avenir. Ce travail promeut les droits culturels grâce à l'accessibilité et aide les artistes émergents à accroître leurs compétences et leurs capacités dans le domaine numérique.

 

Producteur : Alison Lucker | Scénariste / Réalisateur / Directeur artistique: Sutu | Production VR: Vision du visiteur | Directeur technique: Charles Henden | Directeur artistique technique: Craig Bowler | Compositeur: Jake Steele | VR spécial FX: Vladimir Storm | Artiste VR senior: Sutu | Protagonistes et artistes juniors VR: Alison Lockyer, Maverick Easton, Nelson Coppin, Maxie Coppin | Artistes de personnages: David Keep, Rebecca Ambrose, Felix Ronnholm | Animateurs 3D: David Keep, Felix Ronnholm, Jilmar Altamira, Zoltan Vass

commentaires

*MAGH

Publié le 6 Septembre 2020 par Anaïs BERNARD dans Arts vivants

*MAGH

Collaboration Caliban Midi – K. Danse / Création en chantier 2019-2020-2021

Jean Marc Matos – Thomas Peyruse

Première sortie de résidence exploratoire : 2 (14h) et 3 (20h30) octobre 2020, Théâtre le Ring, Toulouse

Danse et robotique

3 humaines – 1 machine animée semi-autonome.

*Magh, création des chorégraphes Jean-Marc Matos et Anne Holst, en collaboration avec le roboticien Thomas Peyruse, met en scène trois interprètes-danseuses Lisa Biscaro Balle, Ambre Cazier et Marianne Masson en présence d’une machine atypique. Une occasion unique pour questionner notre relation comme humain, corps, face à cet objet capable de consommer de l’énergie pour se mouvoir, cet animal éternel. La pièce s’attache à explorer de nouvelles poésies sur cette relation dystopique Humain vs Machine.

Comment faire dialoguer ces différentes intelligences ? Celle de la matière, du corps, de l’animal avec celle de la machine. Comment construire ce dialogue entre le « vivant » et l’immortalité de la machine ? Comment explorer les relations « physiques » de réciprocité, fusion et conflit ?

À l’heure de l’intelligence artificielle, il s’agit de bousculer l’interface corps-machine.

Propos :

La rencontre inédite entre trois humaines et une machine flexible dotée d’un caractère très moyennement souple.
La « grâce », le contrôle, la surveillance et la réification du corps contraint.

Trois femmes/personnages hybrides prises entre désir, peur, résistance, et quête de sens dans un espace sous tension.

Un projet de double écriture centrée sur le fonctionnement mouvementé d’une machine dite « vivante » (dotée de comportement autonome) et d’une danse de « résistance / cohabitation » avec le machinique.

Le projet

Dans ce rapport à la science et à la technologie numérique, qui s’incarne directement par la danse dans la série des récents spectacles (tels Myselves, Deux Pandores, RCO, BodyFail, …), le projet *MAGH s’inscrit dans le prolongement des réflexions engagées depuis plusieurs années par Jean-Marc Matos, cherchant à souligner les difficiles relations que les corps entretiennent avec les « machines », les concrètes autant que les abstraites, sur les plans d’une écologie sociale, psychologique, poétique, critique …

S’agissant ici de la rencontre entre écriture chorégraphique et objet scénique robotisé, l’œuvre propose au spectateur une expérience perceptive où se pose de manière aiguë le problème de notre relation en devenir avec l’intelligence artificielle et les technologies ubiquitaires.

Le spectateur est à la fois voyeur et observé, par des corps en état de permanente surveillance, contraints, assujettis, conformes, … laissant se développer le potentiel subversif, entrevu derrière la capacité à « danser », au-delà du dessein normatif du modèle habituel humain-machine. Les corps se faisant eux-mêmes expressifs apparaissent les plus aptes à délivrer une part d’indicible et de provocation. Mais rien n’est si sûr : nous sommes aussi amenés à faire nôtres les règles mêmes du contrôle.

Cette confrontation Humain-Machine renvoie à toute une tradition du corps mécanique, de l’automate (Heinrich Von Kleist, Loïe Fuller, le ballet triadique du Bauhaus, le ballet Petrouchka, Coppelia, les œuvres de Rebecca Horn, etc.). … Mais aussi aux « 3 grâces » ! Entre « humanité » et « marionnette – théâtre d’objet », entre rencontres avec une altérité menaçante et résistances compulsives, le projet donne lieu à un spectacle, une performance, et une installation plastique participative.

Sans être nécessairement dans une position uniquement frontale, Jean-Marc Matos révèle avec ses différentes productions les mécanismes de contrôle et de manipulation à l’œuvre aujourd’hui dans le monde, qui conditionnent nos gestes et comportements quotidiens (…)

*Magh serait l’origine étymologique commune des mots Makhana, Machine, Magie, et peut-être du verbe anglais May.

commentaires

Le symposium des arts de l'imaginaire 2020

Publié le 5 Septembre 2020 par Anaïs BERNARD dans Evenement, evenement, Appel à don

Le symposium des arts de l'imaginaire 2020

L’événement du symposium « Le Cercle Cubik » a vu le jour en 2018 et l'association qui l'organise avec lui.

Notre volonté : Proposer dans le parc du château de Rochefort en Terre, Citée artistique depuis plus d'un siècle, un grand événement culturel autour des Arts de l'imaginaire, fantastique et visionnaire. Au programme : des rencontres, des débats, des conférences, des démonstrations, des dédicaces, des ateliers mais aussi des performances, des concerts, des projections de films, des expériences et tout ce qui peut mettre vos sens et votre imaginaire en ébullition.

Installé au cœur des vieilles pierres et de l’histoire de la citée, "le Cercle Cubik" propose un voyage artistique et philosophique avec les plus grands artistes de cette scène, bouillonnante et innovante.

C’est une invitation à découvrir des univers oniriques et une vision de notre monde ouverte sur la curiosité, la connexion, l’échange, l’intuition, l’émotion et le sensible.

La deuxième édition devait se dérouler sur deux journées lors des JEP 2020 (journées européennes du patrimoine) avec une entrée, accessible à tous sur donation libre.
Les événements de ces derniers mois nous ont, dans un premier temps, déconcertés avec l'éventualité d'annulation du symposium pour cette année si particulière.
 Cependant, devant le désert culturel s'annonçant pour l'été (excepté les petits événements rares et éparses) et notre furieuse envie de partager avec vous ces univers étranges, nous avons pris la décision de maintenir « le Cercle Cubik » sur la journée du 19 Septembre 2020 de 10H à 19H, un événement certes écourté, mais que nous espérons culturellement riche. Nous nous adapterons, bien évidement, aux aléas des conditions et des normes sanitaires au jour J, afin de vous accueillir de manière sécurisée.

 

Une cagnotte pour l'édition 2020.

Mais, car il y a un « mais », Les difficultés financières rencontrées par les différents sponsors sollicités nous laissent avec un budget bien affaibli.
Grâce à vous, nous pouvons réussir cet événement dans des conditions dignes pour tous ! Les artistes, vous et Nous !

- Pourquoi ne pas juste garder l'entrée sur donation libre, comme seul financement me direz-vous ?


Car cela ne nous laisse malheureusement que peu de visibilité financière. Cette souplesse qui nous permet de programmer les intervenants de manière ferme ! Et donc d'anticiper les conditions d'accueil optimale.

- Alors, Pourquoi ne pas faire une entrée payante à prix ferme, permettant cette souplesse ? 


Nous avons conçu le projet du symposium, depuis le début, comme un événement accessible et ouvert au plus grand nombre. Les amateurs comme les curieux, les grands comme les petits, les gens d'ici et d'ailleurs, les mécènes ou les sans le sous, mais tous animés par cette même passion pour l'art et les imaginaires et ce qu'ils apportent au vivre ensemble. 
Nous avons donc besoin de vous en amont de l’événement cette année !
La cagnotte participative nous a semblé être le meilleur moyen à notre disposition pour préparer au mieux l’événement du symposium.
L’objectif minimum, permettant à chacun de travailler dans des conditions minimales et acceptables pour l'association et les différents artistes professionnels, intervenants est de 6500€.
 Dans tous les cas nous nous adapterons, bien sûr à la cible atteinte le jour J.
D'avance nous vous remercions de votre investissement en temps ou en argent.

Rendez-vous le 19 Septembre 2020 dans le parc du château de Rochefort en Terre pour une journée de partages et d'échanges dans les mondes imaginaires.

commentaires

Design d’expérience : Imagination – Conception d’autres réalités

Publié le 4 Septembre 2020 par Anaïs BERNARD dans Evenement, evenement, Workshop

Design d’expérience : Imagination – Conception d’autres réalités

J'ai le plaisir de vous annoncer l'animation du workshop Design d’expérience : Imagination – Conception d’autres réalités, en compagnie de Judith Guez. L'événement se tiendra le vendredi 25 septembre 2020, de 10h30 à 12h30, lors du NewImage Festival.

 

Il n’y a pas que la réalité virtuelle qui nous emmène vers d’autres réalités il y a d’autres médiums. La voix notamment en ressentant par le corps. Comment créer une expérience à partir de cet imaginaire ?

Fermez les yeux et écoutez, ressentez, puis laissez votre imaginaire construire un espace, un monde qui se transforme. Concevoir une expérience de réalité virtuelle c’est se projeter dans un autre monde ; c’est imaginer notre corps y être et le parcourir.

L’atelier vise à développer le design d’expérience pour toute personne qui cherche à écrire, produire, développer des expériences virtuelles. Judith et Anaïs font écouter un texte audio à chaque participant, les yeux fermés pour qu’ils explorent les sensations de leur corps virtuel / réel. Les participants devront rentrer dans un état d’écoute méditative. Chacun dans sa bulle, imagine ce qu’il a ressentie et présente ses retours, jusqu’à la conception en équipe d’une expérience de réalité virtuelle.

 

A vos claviers, les places sont limitées!

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>