Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

Le numérique : quand le virtuel tue le réel

Publié le 11 Février 2020 par Anaïs BERNARD dans conférence

Le numérique : quand le virtuel tue le réel

Nouvelle édition des café-philo par Opium Philosophie x L'eurydice : 
"Le numérique : quand le virtuel tue le réel" avec Michel Puech, professeur de philosophie à la Sorbonne.
Rendez-vous mardi 11 février de 19h45 à 22h, pinte à 4,50 euros !

 

Michel Puech est né en 1960 dans le sud de la France. « Matheux » au lycée, il choisit de faire de la philosophie, après le baccalauréat - avec l'idée de revenir aux sciences une fois formé en philosophie. Il intègre l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud en 1980 et passe son agrégation, toujours en philosophie, en 1983. Recruté à la Sorbonne (Paris-IV) en 1992, il ne dispose plus du temps nécessaire pour être étudiant en sciences et se rattrape en enseignant la philosophie des sciences aux philosophes. Car enseigner est une excellente façon d'étudier. Et la culture générale scientifique est ce qui manque le plus aux apprentis-philosophes.

 

L'Eurydice
79 Rue du Cardinal Lemoine, 75005, Paris

commentaires

BILL VIOLA - CHOTT EL DJERID

Publié le 9 Février 2020 par Anaïs BERNARD dans exposit

BILL VIOLA - CHOTT EL DJERID

Du Jeudi 30 janvier 2020 - 18:30 au Samedi 7 mars 2020 - 18:00
Bill Viola Chott el Djerid

Film 28 min, color, sound 1979

Le Chott el-Djerid est un vaste lac asséché dans le Sahara, au sud de la Tunisie. Un lieu qui s’étend à l’infini, où se produisent les mirages.

La chaleur intense du désert manipule, plie et déploie les rayons du soleil à un point tel que l’on peut voir apparaître des choses et des êtres qui n’existent pas. Dans ce paysage d’illusions, on découvre des camions ondulants, des silhouettes comme des spectres frémissants, une ville, un monde en fuite. Bill Viola nous invite à un exercice de transcription, de redéfinition incessante de l’image qui elle-même se renouvelle à chaque instant.

Il nous propose d’aller au-delà du visible, de puiser en nous- mêmes pour mieux saisir de telles apparitions comme surgies d’antiques légendes.

 

PUZZLE
1 place Malraux
57100 Thionville

commentaires

Human Learning Ce que les machines nous apprennent

Publié le 8 Février 2020 par Anaïs BERNARD dans exposit

Human Learning Ce que les machines nous apprennent

Human Learning
Ce que les machines nous apprennent

Centre Culturel Canadien
05 février 2020 - 17 avril 2020
10h00 - 18h00

Une production du Centre culturel canadien à Paris présentée dans le cadre officiel de Némo, Biennale des Arts numériques d’Ile-de-France, en partenariat avec Elektra (Montréal) et avec le soutien de la Région Ile-de-France.

Vernissage officiel le 4 février dès 18h – Entrée libre

18h : Visite guidée
19h : Discours officiels
20h : Performance audiovisuelle ENIGMA de Purform (Yan Breuleux et Alain Thibault)
Animation DJ au Canada Café
 

Nous avons tout appris aux machines. Aujourd’hui, elles apprennent par elles-mêmes. Le monde du digital appelle cela « Machine Learning ». De plus en plus d’artistes collaborent avec les machines pour faire œuvre. Ne serait-il pas temps de considérer la valeur de l’enseignement que prodiguent les machines de toute sorte, alors que de plus en plus d’artistes exploitent les potentiels créatifs des technologies dont ils considèrent aussi les imaginaires et esthétiques qu’elles inspirent ou produisent ?

Human Learning. Ce que les machines nous apprennent est une exposition qui documente le monde au travers des technologies qui le façonnent. Les œuvres réunies offrent une grande diversité d’écritures : des dispositifs interactifs induisant que l’on en appréhende les jouabilités, des installations génératives dont les processus sont totalement autonomes ou encore des créations traitant du sujet digital au travers de formes qui le sont tout autant.

C’est pendant les années cinquante que la notion d’intelligence artificielle émerge. Elle véhicule un imaginaire dont les auteurs de science fiction vont se saisir aussitôt en octroyant à la machine une capacité à “penser”. Dans les années quatre-vingt, l’idée que les machines puissent apprendre elles-mêmes, par déduction, fait son apparition. On évoque alors le « machine learning ». Enfin, depuis les années deux mille, on parle de « deep learning » pour qualifier l’apprentissage profond, eu égard aux grandes quantités de données que les ordinateurs peuvent traiter.

Nous avons tout appris aux machines et continuons à les alimenter afin qu’elles poursuivent dans ce “désir” d’autonomie que l’on veut bien leur octroyer. Aussi ne serait-il pas temps de considérer ce que l’on peut, à notre tour, apprendre à leur contact, en observant leurs spécificités ou qualités ? Or, s’il est une communauté qui observe le monde pour nous en donner des interprétations quant à ses transformations, c’est bien celle des artistes.

Depuis toujours, en effet, les artistes se saisissent des outils et matériaux de leur temps. Ainsi de plus en plus d’entre eux se tournent vers le potentiel créatif des technologies du numérique qui sont aussi celles des chercheurs dans leurs laboratoires. Se faisant, ils acceptent ce que les machines leur proposent en intégrant une part d’aléatoire dans leurs créations. Parfois, ils se mettent en retrait de leurs œuvres qui s’exécutent pour mieux en observer les modes d’action. Il arrive aussi que les machines ou robots soient les sujets de photographies ou films que d’autres artistes nous livrent afin de nous entraîner à de nouvelles formes d’empathie. Il n’est pas une application ou un service qui ne fasse œuvre dès le moment de son émergence. Des filtres d’effets des logiciels grand public aux réseaux de neurones artificiels que les artistes partagent avec des chercheurs. Ces technologies, ils se les approprient autant qu’ils apprennent en les côtoyant.

Nous avons une certaine proximité avec les œuvres qui émergent de l’usage et/ou de l’observation des technologies qui façonnent nos relations au monde comme aux autres et à soi-même. Reconnaître les technologies de notre quotidien dans un contexte artistique nous les fait envisager autrement. Sachant que c’est au contact des autres que l’on se construit, il grand temps de considérer cet autre “machinique” que nous côtoyons de plus en plus sans trop le connaître. Consacrer une exposition aux machines et aux idées ou esthétiques qui en émergent revient à en accepter les enseignements.

Œuvres de Matthew Biederman, Emilie Brout & Maxime Marion, Grégory Chatonsky, Douglas Coupland, Chun Hua Catherine Dong, Emilie Gervais, Sabrina Ratté, David Rokeby, Justine Emard, Louis-Philippe Rondeau, Samuel St-Aubin, Skawennati, Xavier Snelgrove & Mattie Tesfaldet, ainsi qu’une installation extérieure de Olivier Ratsi.

Commissaires invités : Dominique Moulon et Alain Thibault
Commissaire associée : Catherine Bédard

Ouverture spéciale le samedi 4 avril de 10h à 18h dans le cadre de Art Paris.

commentaires

Experimenta, La Biennale Arts Sciences 2020

Publié le 7 Février 2020 par Anaïs BERNARD dans Evenement, evenement

Experimenta, La Biennale Arts Sciences 2020

EXPERIMENTA,  La Biennale Arts Sciences 2020
Du 11 au 21 février 2020

EXPERIMENTA, la Biennale Arts Sciences, pilotée par l’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences favorise la rencontre entre artistes, scientifiques et technologues au travers de spectacles, d’un salon et d’un forum. Face aux multiples enjeux humains actuels, les partenaires de cette biennale font le pari qu’il est possible de penser le futur avec les arts (le regard poétique sur le monde), avec les sciences (le regard analytique et non superstitieux) et avec les techniques (la manière d’être dans et avec l’univers). Venez partager la richesse de cette 10e édition !

Les temps forts de EXPERIMENTA, la Biennale Arts Sciences :  

EXPERIMENTA, Les spectacles : 12 spectacles du 11 au 21 février à l’Hexagone et dans 8 salles partenaires de 
l’agglomération : La Rampe-La Ponatière, Echirolles – Le Déclic, Claix, MC2: Grenoble - l’Espace 600, Grenoble - 
La Source, Fontaine – l’Odyssée-l’Autre Rive, Eybens - L’Amphithéâtre, Pont-de-Claix – L’EST, Saint-Martin-d’Hères. 

EXPERIMENTA, le Salon et le Forum du 13 au 15 février à la MAISON MINATEC Grenoble et à L’Auditorium Grenoble INP. 
Un rendez-vous gratuit ouvert à tous. 

Au fil d’une trentaine d’installations artistiques, de performances, d’ateliers, de déambulations théâtralisées 
(LE SALON) et de 10 tables rondes (LE FORUM), le public est invité à plonger dans l’imaginaire croisé d’artistes et de scientifiques autour des thématiques abordées par les porteurs de projets :  l’intelligence artificielle, le numérique, la science-fiction, l’environnement, la réalité virtuelle… Face aux multiples enjeux sociétaux et terrestres, il est urgent de nourrir nos actes individuels et collectifs. 

Seul, en famille, en groupe, ce Salon offre la possibilité de découvrir des installations en parcours libres ou accompagnés avec Le Média Lab (co-organisé avec La Maison de l’Image et la Casemate), ou des parcours individuels basés sur une écologie de la perception. 
 
EXPERIMENTA, les Professionnels à L’Auditorium Grenoble INP 
La journée professionnelle le 12 février.  
« Courage, restons ! Face au dérèglement climatique et aux transformations induites par l’IA, quels changements de modèles imaginer pour agir individuellement et collectivement ? ». Sur réservation sur www.experimenta.fr
Journée ouverte aux acteurs du monde de l’art, de la culture, de la recherche, de l’entreprise, des services publics et de l’université. 

➙ Les premières Journées d’Informatique Théâtrale (JIT) du 12 au 14 février organisées conjointement par l’INRIA et l’UGA.
 

commentaires

LES FURTIFS

Publié le 6 Février 2020 par Anaïs BERNARD dans théâtre

LES FURTIFS

THÉÂTRE - CRÉATION: LES FURTIFS
DANS LE CADRE DE EXPERIMENTA, LA BIENNALE ARTS SCIENCES

Les 14 et 15 février 2020

 

Autour de la quête d’un père qui cherche sa fille disparue avec des « furtifs », Alain Damasio articule dans une langue incandescente, émancipation politique, thriller, questionnements philosophiques, et s’attache aux questions du contrôle, de la liberté et du lien.

La science-fiction est le moyen idéal d’explorer une société obsédée par le contrôle et la surveillance. Avec cette proposition théâtrale, Frédéric Deslias, questionne la technologie et la façon dont elle dirige l’évolution de nos sociétés.
L’action se situe en 2040, dans une des villes rachetée par des multinationales et gérée par un système de trois forfaits. Si tu es standard, tu as accès à 50 % des rues de la ville, premium, tu as accès à 70 % et privilège, à 100 %. Tout ceci est contrôlé via une bague connectée par des systèmes de géolocalisation, d’amendes automatisées. Les « furtifs », figures de résistance, fascinants pour certains et honnis par les autres, des êtres faits de chair et de sons circulent dans les angles morts de nos quotidiens, cachés dans l’écho de nos pas. Ils sont les seuls à ne pas laisser de traces, dotés de facultés inouïes de métamorphoses. L’humain, quant à lui, est soumis aux technologies et dans ce capitalisme insidieux, féroce pour ceux qui s’en défient, l’aliénation n’a même plus à être imposée, elle est devenue la règle.

Durée: 1h50

Hexagone Scène Nationale Arts Sciences - Meylan

commentaires

QUELS ENJEUX ÉTHIQUES POUR LA RECHERCHE À L’ÈRE DES MÉGADONNÉES ET DE L’IA ?

Publié le 5 Février 2020 par Anaïs BERNARD dans conférence

QUELS ENJEUX ÉTHIQUES POUR LA RECHERCHE À L’ÈRE DES MÉGADONNÉES ET DE L’IA ?

TABLE RONDE / DÉBAT OUVERTE AU PUBLIC « QUELS ENJEUX ÉTHIQUES POUR LA RECHERCHE À L’ÈRE DES MÉGADONNÉES ET DE L’IA ? »
Jeudi 6 février 2020 de 18h15 à 19h45 (accueil à partir de 17h45)

Grand Amphithéâtre de l’Université de Lyon 90 rue Pasteur, 69007 Lyon


Grâce aux considérables progrès technologiques en intelligence artificielle (IA), les chercheurs sont mieux que jamais en capacité d'analyser de colossales quantités d’informations. En navigant dans ces "mégadonnées" ou en croisant à vitesse grand V des informations que le cerveau humain ne saurait assimiler seul, les scientifiques ont réalisé de sérieuses avancées en climatologie par exemple, mais aussi en génétique, en robotique, ou encore pour l’étude des comportements collectifs.
Ces progrès considérables ne font pour autant pas oublier aux chercheurs que l’usage de telles mégadonnées et de l’IA soulève des questions éthiques. Les scientifiques s'engagent dès lors dans une profonde réflexion face aux enjeux de la protection des données personnelles, de l’équité de traitement de ces données, de la transparence des algorithmes, de la prise en compte des biais discriminatoires ou encore de leur responsabilité juridique.
Ces considérations éthiques méritent d’être pensées au même rythme que le développement rapide de ces technologies dans nos laboratoires et que leur diffusion dans la société, et elles seront au cœur de cette table ronde.

 

INTERVENANTS
Guillaume Rousset (Université Jean Moulin Lyon 3 - Maître de conférences en droit)
Catherine Tessier (Office national d'études et de recherches aérospatiales (ONERA) - Référente intégrité scientifique et éthique de la recherche ; spécialiste des systèmes autonomes)
Paola Tubaro (CNRS & Université Paris-Sud - Sociologue de l'IA, des mégadonnées et du micro-travail)
Cette table ronde est organisée par l’Université de Lyon, avec le soutien de ses 12 laboratoires d’excellence, sa plateforme RESETIS et Pop’Science

commentaires

Art et technologie : l'audiovisuel immersif

Publié le 4 Février 2020 par Anaïs BERNARD dans conférence

Art et technologie : l'audiovisuel immersif

Rencontre: Art et technologie : l'audiovisuel immersif.
Jeudi 6 février, de 18:30 à 20:15

Avec David-Alexandre Chanel, fondateur de THÉORIZ Studio, un studio de création Art et Technologie spécialisé dans la conception d’installations immersives et de spectacles audiovisuels innovants.

THÉORIZ Studio est à l’origine de l’illumination de la Cathédrale Saint-Jean pour La Fête des Lumières 2019.

Tous les mois, la MMI vous donne rendez-vous pour un voyage au cœur de l’exposition « Sous la Surface, les maths ». Partez explorer une thématique de l’exposition à travers une série d’exposés précédés d’une visite guidée par le commissaire de l’exposition.

Au programme : anecdotes et secrets de fabrication de l’exposition mais surtout regards croisés d’experts d’horizons multiples, chercheurs et professionnels de l’animation, sur le monde numérique et les avancées scientifiques.

GRATUIT / Entrée libre

 

Adresse:
Maison des mathématiques et de l'informatique - MMI
1 place de l'école, 69007 Lyon

commentaires

State of the Arts

Publié le 3 Février 2020 par Anaïs BERNARD dans conférence

State of the Arts

State of the Arts
Vers une nouvelle politique culturelle à l'âge numérique
 

Dates et heures
jeudi 6 février 2020 à 09h00
vendredi 7 février 2020 à 09h00
Accès libre (dans la limite des places disponibles)

Espace
Auditorium

Avec l'Université des Arts de Zurich, nous organisons un symposium international de deux jours pour penser les transformations de la politique culturelle à l'âge numérique.

Comment mettre à jour ces politiques artistiques ? Comment repenser la démocratisation de l’art et la diversité culturelle au temps des algorithmes, du monopole des apps et des moteurs de recherche ? Quels sont les nouveaux modèles économiques pour les artistes à l’âge du streaming ? Quelles innovations sont possibles dans l’université, dans les territoires et dans les entreprises ? Quel futur pour l’éducation artistique au temps des MOOCs ? Une trentaine de chercheur·euse·s internationaux·ales, des startupers, des artistes et des doctorant·e·s interviennent.

 

Programme

Diversité et algorithme
Jeudi 6 février 2020

08h45 : Ouverture à la Gaîté Lyrique et accueil

09h15 : Ouverture officielle - Laëtitia Stagnara (Directrice, La Gaîté lyrique), Christophe Weckerle (Directeur du Département d’Analyses Culturelles, ZHdK University)

Comment repenser la politique culturelle à l’âge numérique et dans une perspective internationale ? Quels outils au temps de l’algorithme ? 

09h30 : Conférence d’ouverture - La culture est-elle en train de mourir et doit-on en blâmer les technologies ? - Joanna Woronkowicz (Professeur, Indiana University, US)

10h15 : La politique culturelle à l’âge des biens immatériels, de l’économie des plateformes et des flux globaux - Andy Pratt (Professeur d’économie culturelle, City University of London)

11h00 : Table ronde - Consuelo Sáizar (Ancienne ministre de la Culture, Mexique ; chercheuse associée, University of Cambridge, UK), Christophe Weckerle (Professeur, ZHdK University)

11h30 : Pause

12h00 : Trois focus sur la machine

Bright : comment les données peuvent engendrer des expériences créatives en temps réel ? - Abdel Bounane (Fondateur, Bright)

Comment les réseaux sociaux transforment les esthétiques cinématographiques et comment la politique culturelle peut s’en saisir ? - Natacha Seweryn (Université Paris VIII)

L’engagement et l’audience sur les réseaux sociaux comme outil d’un modèle économique durable pour les artistes - David Lavaud (Chercheur)
12h45 : Pause déjeuner

Être artiste à l’âge global. La diversité culturelle dans la mondialisation

14h30 : Le pari du digital dans le secteur de la culture - Consuelo Sáizar (Ancienne ministre de la Culture, Mexique ; chercheuse associée, University of Cambridge, UK)

15h00 : Les arts digitaux et les politiques culturelles à Hong Kong et en Chine - Desmond Hui (Professeur, Hong Kong University)

15h30 : Les politiques culturelles émergentes en Asie du Sud-Est et les nouveaux formats éducatifs - Venka Purushothamani (Vice-Président, LASALLE College of the Arts, Singapour)

16h00 : Quatre focus sur la diversité :

Les Microfolies, un outil culturel à l’âge numérique - Didier Fusillier (Président de La Grande Halle de La Villette

L’Ideas Box, un centre culturel multimédia mobile au service des réfugiés - Barnabé Louche (Directeur du développement, Bibliothèques sans frontières)

L’infrastructure culturelle au carrefour du design architectural et de la politique immatérielle - Justinien Tribillon (Directeur associé pour l’Europe, Theatrum Mundi)

DEI : Diversité, Équité, Inclusion - Nathan Marcel-Millet (Sciences-Po Paris)
17h00 : Pause

Politiques culturelles européennes

17h30 : Le nouvel agenda européen pour la culture et la stratification culturelle à l’âge des transformations digitales - Tally Katz-Gerro (Departement de Sociologie, University of Haifa, Israël)

18h00 : La politique culturelle européenne qui vient : subsidiarité, diversité culturelle et le projet européen - Philippe Kern (KEA Affaires Européennes, Bruxelles)

18h30 : Deux conclusions sur les politiques culturelles de l’UE - Andy Pratt (Professeur d’économie culturelle, City University of London), Christoph Backes (CEO à l’u-institut I Backes & Hustedt GbR, Berlin)

Créativité et innovation
Vendredi 7 février 2020

09h15 : Accueil

Nouveaux modèles économiques à l’âge numérique et écologique

09h45 : Formats courts :

Post-Growth Tookit : un kit de réorientation éco-politique - Collectif artistique Disnovation.org

Les enjeux de l’observation de la participation culturelle à l’ère numérique - Loup Wolff (Chef du département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture, France)

Ne demandez pas à Instagram ce qu’il peut faire pour vous, artistes ! Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour Instagram - Hady El Hady (Community manager, Egypte)

Blockchain artists - David Simon (Blockchain artist, ancien étudiant à ZHdK University, Zurich)

Art et développement durable - Marine Van Schoonbeek (Présidente, Thanks for Nothing)

Les micro-politiques culturelles - Jacopo Rasmi (Post-doc, Italie)

IA, traitement automatisé du langage, algorithmes et diversité linguistique - Renaud Vedel (Coordonnateur ministériel en matière d’IA)

Pourquoi la BD a-t-elle besoin de s’inscrire dans la hiérarchie culturelle ? - Romain Becker (ENS Lyon)

Banlieue du Turfu : le Turfu n’est plus ce qu’il était - Makan Fofana (Designer, chercheur associé à la Queen Mary university of London, fondateur du laboratoire l’Hypercube)
12h30 : Pause déjeuner

Éducation et création

14h00 : Synthèse de la séance du matin "Imaginer des futurs désirables : les leçons des économies créatives" - Simon Grand (Professeur, Zurich Centre for Creative Economies, ZHdK)

14h30 : La recherche-création : quelle place pour les artistes dans les universités - Yves Citton (Professeur, EUR ArTec, Université Paris VIII)

15h00 : Les nouveaux enseignements des politiques culturelles pour bâtir l’université des arts de demain - Christoph Weckerle (Professeur, Zurich Centre for Creative Economies, ZHdK)

15h30 : Formats courts :

L’éducation artistique en France, où en est-on ? - Yassir Hammoud (Chercheur)

Une mineure sur la politique culturelle à l’université ZHdK - Frédéric Martel (Professeur d’économies créatives, ZCCE, ZHdK University)


16h00 : Pause

16h30 : Discours de clôture - L’échec est une chance ! Comment la politique culturelle et les entrepreneurs peuvent rebâtir des institutions - Christoph Backes (CEO de l’u-institut I Backes & Hustedt GbR, Berlin)

17h00 : Remarques de clôture - Thomas Meier (President, ZHdK University)

Ce symposium est co-organisé par la Gaîté Lyrique et l’Université ZHdK de Zurich.

commentaires

DONNER CORPS À LA LUMIÈRE

Publié le 2 Février 2020 par Anaïs BERNARD dans exposit

DONNER CORPS À LA LUMIÈRE

30 Janv. 2020
Co-commissariat : Puzzle et Centre Jacques Brel
Vernissage le 30 janvier à 18h30

Matériau sans corporalité, la lumière interagit et dialogue avec la matière sans laquelle elle reste invisible. Composée de particules photoniques, elle change la géométrie et la nature des objets si bien que grâce à elle, les artistes jouent et expérimentent pour offrir une nouvelle vision imaginaire, poétique, inattendue.
Salle blanche, nous invitons le public à appréhender le soleil comme source de vie. Cet astre divin dont l’Homme à toujours cherché à maitriser la lumière et à s’approprier le rythme. Salle noire, nous proposons un regard sur la lumière artificielle et les technologies qui permettent de contempler son mouvement.
Dans la bulle forum et la caverne, à travers le medium vidéo, nous donnons à voir des images contemplatives et méditatives presque figées qui revoient à l’Histoire de l’Art et à la peinture.

Benoit Billote
Bertrand Gadenne
Jingfang Hao & Lingjie Wang
Nancy Holt
Martin Messier
Gjon Mili
Jiro Nakayama
Bill Viola

> Exposition du jeudi 30 janvier au samedi 7 mars 2020
Du mardi au samedi de 14h à 18h
Les dimanches 02 février et 1er mars de 14h à 18h
Entrée libre
Salle blanche, Salle noire, Bulle du Forum et Caverne.
Visites découverte les matins sur RDV : 03 82 56 12 43

commentaires

RENCONTRE MIGUEL CHEVALIER // CHRISTINE BUCI-GLUCKSMANN

Publié le 1 Février 2020 par Anaïs BERNARD dans conférence

RENCONTRE MIGUEL CHEVALIER // CHRISTINE BUCI-GLUCKSMANN

RENCONTRE MIGUEL CHEVALIER // CHRISTINE BUCI-GLUCKSMANN.

Nous vous invitons le samedi 8 février à partir de 16h à l'espace Art Absolument.
Débat / Conférence entre la philosophe Christine Buci-Glucksmann et l'artiste numérique Miguel Chevalier sur le travail esthétique de ce dernier.

Cette rencontre fait écho à l'exposition "Digital cristaux" de Miguel chevalier jusqu'au 5 mars à l'espace Art Absolument.

 

Art Absolument
11 rue Louise Weiss – 75013 Paris

commentaires
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>