Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

Quand la réalité virtuelle nous permet de nager avec les dauphins

Publié le 10 Avril 2018 par Anaïs BERNARD in actualité

Quand la réalité virtuelle nous permet de nager avec les dauphins

Si seulement nous pouvions nous voir à travers les yeux d'un dauphin,
nous pourrions atteindre la paix mondiale en une génération.

https://thedolphinswimclub.com/

Sjollema est une artiste qui partage son temps entre ses studios aux Pays-Bas, au-dessous du niveau de la mer, et la Suède, au bord de la mer. Depuis qu'elle a découvert, par hasard, un grand dauphin à gros nez en 1993, elle a été enchantée. Il en résulte un voyage pour rencontrer et parfois nager avec les dauphins et les baleines libres partout dans le monde.

"Rien n'a plus parlé à mon imagination que de regarder dans les yeux d'un cétacé, il y a le sentiment d'un être très ému qui vous regarde volontiers. Il semble toujours y avoir cet élément de magie autour des baleines et des dauphins. Au cours de toutes ces années, j'ai vu beaucoup de gens profondément émus. C'est l'expérience que nous aimerions partager avec vous. Pour tous ceux qui ne peuvent pas être là-bas dans les océans (tout le temps), la technologie étonnante de VR les ramènera à la maison! Et mieux encore, les dauphins restent dans leur propre maison, les océans libres du monde!"

Benno Brada a une longue expérience dans le conseil en affaires (Université de Nijenrode, Harvard). Il apporte toute son expertise et son énergie pour gérer le Dolphin Swim Club. Avec sa femme Marijke Sjollema, il partage un amour profond pour les cétacés et il l'a accompagnée dans de nombreuses aventures océaniques.

Nous poussons la qualité, la créativité et le facteur WOW au niveau supérieur dans toutes les formes de solutions vidéo 360° et de réalité virtuelle. Depuis 2009, notre équipe de production et nos développeurs expérimentés à 360° recherchent des collaborations fructueuses et une passion insensée pour des expériences immersives inspirantes.

"Ce projet est très spécial pour nous. Au lieu de travailler principalement sur des campagnes commerciales avec des durées d'attention élevées (mais courtes), notre technique peut vraiment créer une valeur ajoutée à ce projet. Nous pouvons vraiment enrichir la vie des gens, les faire sourire et contribuer à la recherche de la technologie de réalité virtuelle dans les soins de santé mentale."

 

Lors de la 20e édition de Laval Virtual, le salon des réalités virtuelles et augmentées, un bassin rempli d’eau a été installé. Le Dolphin Swin Club propose d’y plonger pour nager avec des dauphins… virtuels. Une attraction a laquelle je n'ai pas pu résister. C'est donc équipée d'une combinaison de plonger mis à disposition par l'association, d'un masque étanche relié à un tuba et à un smartphone qui projette des images à 360°, que je m'immerge dans cette piscine. Et là, la magie opère! Je me trouve plonger à des milliers de kilomètres de Laval (Mayenne) plus exactement dans la mer Rouge égyptienne. Après quelques brasses circulaires, je me décontracte et peux observer un banc de dauphins à mes côtés dans ce bleu azure. La tête sous l'eau, émerveillée par cette expérience, j'en oublie complètement le contexte de ce Salon et du hall « Revolution » qui réunit les projets les plus innovants dans lequel je me trouve en réalité. L'eau servant de conducteur, je peux entendre le chant des dauphins qui résonne. L'enveloppement de l'eau sur ma peau, cette ambiance sourde et relaxante, ce paysage marin qui s'étend devant moi à perte de vue accentuent l'immersion. La réalité est plus brutale lorsque je percute de plein fouet une des vitres de l'aquarium. Il n'est pas évident de se situer sous l'eau et d'appréhender le volume dans lequel nous sommes en flottaisons. Après quelques minutes d'exploration, je remonte le petit escalier, me sèche et reprends ma visite du Salon de Laval Virtual décontractée, relaxée et avec la sensation d'avoir voyager.

Anaïs BERNARD

Commenter cet article