Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

Installation interactive performative: Radeau

Publié le 13 Avril 2015 par Anaïs BERNARD in exposit, performance, artiste

Installation interactive performative: Radeau

Le projet Radeau est à découvrir le vendredi 12 juin 2015, à 20h30. Ce projet s’articule autour d’une installation interactive et de performances musique/danse. Les deux premiers temps correspondent aux partitions musicales et chorégraphiques : la partition réelle et la partition virtuelle. Trois performances sont données dans l’espace interactif par deux danseurs et un musicien. Chaque performance dure environ 10 minutes. Les danseurs évoluent dans l’espace interactif et interagissent avec lui. À la suite de la performance, le public est invité dans le dispositif. Un maximum de 10 personnes à la fois sera autorisé à y entrer, donnant ainsi un autre radeau à voir pour le public qui reste à l’extérieur. Il y découvrira les pièces qu’il viendra d’entendre dans une autre dimension, comme une trace laissée dans l’espace.

 

Conception/Musique : Alexandre Lévy
Images : Élisabeth Prouvost
Chorégraphie : Pedro Pauwels

 

Une co-production aKousthéa, Compagnie Pedro Pauwels, GRAME (CNCM), La Muse en Circuit (CNCM), Le Cube, Le Métaphone.

Radeau est un lieu des possibles où la vie peut apparaitre ou disparaitre à tout moment. Dans cet espace fragile et instable, les traces du vivant sont partout : souffles, rythmes, lumières, corps.
Ces traces ne demandent qu’à réapparaître, s’animer en une partition musicale et photographique. À l’approche du public, les spectres du vivant s’anime, le souffle devient son, les ombres deviennent corps et l’espace se remplit de voix. Dispositif interactif, dispositif miroir, le public se voit et se mêle à des images de corps perdus. Un orgue respire au centre, les lumières suivent sa respiration. Tout part du rien, du souffle d’un orgue fantôme. Radeau est une partition ouverte sur le néant.

Alexandre Lévy

Commenter cet article