Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

Une peau électrique capable de ressentir les flux d'air.

Publié le 26 Janvier 2015 par Anaïs BERNARD in actualite, technologie

Une peau électrique capable de ressentir les flux d'air.

Le toucher peut être un sens subtil ! Il nous communique rapidement différentes informations comme par exemple si quelque chose dans nos mains est glissant,  afin que nous puissions gérer l’intensité sur l’objet pour le maintenir. Pour la première fois, les scientifiques développent l’idée d'une «peau électronique» extensible étroitement modelées sur celle de notre peau organique, de notre chaire. Cette « peau électronique » permettrait de détecter non seulement la pression, mais aussi dans quelle direction il vient. L'étude des avancements, ce qui pourrait donner lieu à de nouvelles applications pour des prothèses et dans le domaine de la robotique, paraît dans la revue ACS Nano.

 

Hyunhyub Ko et ses collègues expliquent que les peaux sont des dispositifs électroniques flexibles, comme des films conçus pour détecter la pression, lire l'activité cérébrale, surveiller le rythme cardiaque ou effectuer d'autres fonctions. Pour accroître la sensibilité au toucher, certains d'entre elles contiennent des microstructures imitant les coléoptères et libellules.  Pour le moment aucune fonction n’a permis d’éprouver la direction de stress. C’est le genre d'information que peuvent produire à nos organes tels que la forme et la texture d'un objet, et comment le tenir. L'équipe de Ko a décidé de travailler sur une peau électronique basée sur la structure de notre propre peau afin de pouvoir "ressentir" en trois dimensions.

 

Les chercheurs ont conçu une peau artificielle portable fait de dômes minuscules qui s’imbriquent et se déforment quand  l'air est soufflé sur elle. Il pouvait sentir l'emplacement, l'intensité et la direction des impactes, des flux d'air et les vibrations. Les scientifiques concluent que leur avancement pourrait être utilisé pour des prothèses robotiques, des peaux et des dispositifs de réhabilitation.

Commenter cet article