Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

ID#2014, les arts numériques réinventent l’Atomium.

Publié le 9 Juillet 2014 par Anaïs BERNARD in exposit

ID#2014, les arts numériques réinventent l’Atomium.
Initié à l’été 2013, ID# [Innovative Display] se profile comme le festival d’été de l’Atomium dédié aux arts numériques. Avec cette nouvelle programmation, l’Atomium offre chaque année ses espaces d’exposition à des artistes à qui sont donné carte blanche. Exploration de la poétique numérique, ID#2014 interroge les qualités de la lumière, du son et de l'espace. Le produit de cette réflexion est une installation contemporaine et originale spécifiquement conçue pour l’Atomium. 
 
L’édition 2014, du 25 juin au 31 août, intitulée Out of Control par Visual System explore le thème de l’avènement inéluctable de la super-machine et met en scène le dysfonctionnement d’une Intelligence artificielle en lutte contre un parasite informatique. Basée sur [Hors Contrôle], la nouvelle de Stéphane Beauverger, Out Of Control met en scène le conflit opposant deux entités : le Cœur et le Parasite.
 
Par sa nature et son histoire, l’Atomium constitue l’écrin idéal pour cette installation. L’Atomium s’inscrit dans une époque qui a regardé le futur à la fois comme une promesse de progrès et une source d’inquiétude. Le site est une incarnation de cet âge d’or de la science-fiction qui interroge le rapport entre l’homme et la machine consciente. En accueillant la machine égarée d’Out of Control, l’Atomium rappelle que la technologie ne cesse d’interroger l’homme sur sa nature.
 
Out Of Control est une succession de cycles sonores (réalisés par Thomas Vaquié) et lumineux qui racontent un conflit, dont les différentes phases sont exposées aux visiteurs qui traversent l’installation déployée au sein de l’Atomium. Chaque phase raconte une des étapes de ce conflit sans fin qui voit se succéder des phases de domination et de reflux du parasite. 
 
Il ne s’agit donc pas de raconter une histoire au sens classique d’une narration, proposant un début, un milieu et une fin. Il s’agira de mettre en scène (par l’habillage sonore et visuel de l’espace dédié à l’installation) les fluctuations nées de l’affrontement entre le Parasite et le Cœur.
 
Commenter cet article