Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

Rencontre avec Laure Noualhat

Publié le 22 Janvier 2022 par Anaïs BERNARD dans conférence

Rencontre avec Laure Noualhat

Rencontre avec la journaliste, réalisatrice et auteure Laure Noualhat. Un événement proposé dans le cadre de l’exposition « Aux frontières de l’humain ».

Par ces temps incertains, rien n'est plus délicat que de penser le monde de demain... Et pourtant, chacun·e d'entre nous le rêve. Saurons-nous consentir ce qu'il faut pour voir advenir ce que l'on désire ?

Journaliste (notamment pour Libé, Yggdrasil, Siné Mensuel...), réalisatrice, auteure, Laure Noualhat explore sans relâche les limites de ce monde fini. Elle vit à Joigny (Yonne) où les énergies locales se relient entre elles pour tricoter un joli réseau des tempêtes. Elle colporte les nouvelles et les bonnes pratiques, diffuse les idées, rallie les envies. Elle est l’auteure de « Comment rester écolo sans finir dépressif », aux éditions Tana. Elle a également réalisé une série documentaire qui chronique les tourments climatiques d'une dizaine d'habitants de sa ville : « Carbonisés » est disponible sur francetv.fr jusqu'en avril 2022.

Samedi 29 janvier 2022 à 17 h - Auditorium Jean Rouch.
Dès 16 ans - Entrée gratuite dans la limite des places disponibles. Réservation conseillée. 

commentaires

Dire les émotions. Les affects à l'épreuve du langage

Publié le 21 Janvier 2022 par Anaïs BERNARD dans conférence

Dire les émotions. Les affects à l'épreuve du langage

Malgré leur omniprésence et importance dans l’action des individus et des groupes sociaux, le rôle des émotions et des affects est longtemps resté un angle mort dans la recherche en sciences humaines. Depuis quelques années, la prise en compte de la dimension affective des faits sociaux, longtemps tenue à l’écart, cherche à dépasser les débats traditionnels entre nature et culture qui enfermaient les émotions dans un ensemble d’oppositions binaires (passion/raison, inné/acquis, animalité/humanité, etc.) (Lordon, 2013 ; Deluermoz et alii, 2013 ; Rosenwein et alii, 2006).

L’élaboration d’un cycle de séminaires sur les émotions vise à constituer un groupe de travail interdisciplinaire à périmètre breton réunissant des chercheur.e.s des différentes disciplines des sciences humaines et sociales des universités de la région (Université de Bretagne Occidentale, Université Rennes 1, Université Rennes 2 et Université Bretagne Sud) dont les recherches abordent la question des affects, et ceci dans le but de faire dialoguer et de comparer les différentes approches des émotions dans les sciences humaines.

Ce cycle "Les émotions dans les sciences humaines : regards croisés" est porté par le groupe de travail interdisciplinaire de la MSHB, APRESEC (Approches pluridisciplinaires sur le rôle des émotions dans la Société, l'État et la Culture).

Le premier séminaire s'intitule Dire les émotions. Les affects à l'épreuve du langage et aura lieu le vendredi 28 janvier 2022, de 14h à 16h. Deux chercheurs viendront présenter leurs travaux sur le sujet :

Michael Rinn, professeur en linguistique française (HCTI - UBO)
Frédéric Pugnière-Saavedra, MCF en sciences du langage (PRECFics - UBS).
 
Organisation :
Maria José Fernandez, MCF-HDR en civilisation hispanique (HCTI - UBO)
Stéphane Héas, MCF-HDR en sociologie STAPS (VIPS2 - Université Rennes 2)
Pouneh Mochiri, MCF en littérature comparée, (HCTI - UBO)
 
Inscription gratuite mais obligatoire via le formulaire ci-dessous. Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 25 janvier. Les liens de connexion seront envoyés au plus tard la veille de l'évènement.

commentaires

Empathie

Publié le 20 Janvier 2022 par Anaïs BERNARD dans Exposition

Empathie

Grégory Lasserre et Anaïs met den Ancxt, connus sous le nom de Scenocosme, sont un couple d'artistes. Ils vivent et travaillent ensemble depuis leur rencontre à Lyon en 2003.


Leurs créations singulières prennent forme à travers diverses expressions : installations interactives, art plastique, art numérique, art sonore, performances collectives etc... En distillant la technologie numérique, ils en font ressortir des essences de rêve et de poésie, ils en utilisent ainsi la partie vivante, sensible voire fragile.
Ils développent la notion d’interactivité, par laquelle l’œuvre existe et évolue grâce aux relations corporelles et sociales des spectateurs. Ils réalisent d'étonnantes hybridations entre technologies et éléments vivants ou naturels (végétaux, humains, eau, bois, pierres...). La plupart de leurs œuvres interactives perçoivent diverses relations invisibles entre les corps et l’environnement. Ils rendent sensibles les variations énergétiques infimes des êtres-vivants en proposant des mises en scène interactives où les spectateurs partagent des expériences sensorielles extraordinaires.


A partir du 29 janvier prochain, venez découvrir la nouvelle exposition "Empathie" de ces deux artistes au Musée de Vence.

Informations pratiques:

Adresse : 2 place du Frêne
Téléphone : 04.93.58.15.78
Horaires : ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h
Tarifs : 6 € adultes / réduit 3 € : groupe 10 personnes, jeunes de 12 à 18 ans, étudiants sur présentation d’une carte en cours de validité…
Parkings conseillés : Grand-Jardin, Marie-Antoinette, Toreille

commentaires

Lumière Espace Temps

Publié le 14 Janvier 2022 par Anaïs BERNARD dans Exposition

Lumière Espace Temps

L’exposition Lumière Espace Temps réunit 14 artistes contemporains en hommage à Nicolas Schöffer et se voit prolonger jusqu'au 29 janvier 2022.
Cybernétique, robotique, interactivité, visions prismatiques, art vidéo et machines à rêver sont au programme de cette sélection réunie au Grenier à sel.


Avec :
Elias Crespin, Félicie d’Estienne d’Orves, Pe Lang, Adrien Lucca, Etienne Rey,  Antoine Schmitt, Anne Sarah Le Meur, Olivier Ratsi, Santiago Torres, Lab(au), Justine Emard, Ronan Barrot – Robbie Barrat, Maurice Benayoun et Niko de La Faye.

 

14 ARTISTES CONTEMPORAINS EN HOMMAGE À NICOLAS SCHÖFFER
Artiste majeur de la seconde moitié du XXème siècle, Grand prix de la 34e Biennale de Venise en 1968, Nicolas Schöffer fut l’un des précurseurs de l’art cybernétique, des arts électroniques et surtout des rencontres entre disciplines artistiques.

Tout en rendant hommage à ce génie visionnaire par la présentation d’un ensemble de films et d’expérimentations visuelles, l’exposition réunit 14 artistes qui perpétuent son héritage, au carrefour des technologies et des sciences.

Tous ont en commun une fascination pour cet esprit anticipateur qui trouve une nouvelle actualité à l’heure des cultures numériques : des recherches sur le temps et l’espace via les mouvements de la lumière (Félicie d’Estienne d’Orves, Etienne Rey, Anne-Sarah Le Meur, Adrien Lucca, Olivier Ratsi) aux vibrations cinétiques et expansions de l’oeuvre dans l’espace (Pe Lang, LAb(au), Elias Crespin), des œuvres programmées ou en temps réel (Antoine Schmitt, Maurice Benayoun, Barrat-Barrot, Santiago Torres) à l’interaction entre la l’homme et la machine (Justine Emard, Niko de La Faye).

 

INFORMATIONS PRATIQUES
Prolongation exceptionnelle jusqu’au 29 janvier :
ouverture du mercredi au samedi de 13h30 à 18h30 (dernière entrée à 18h)

Entrée libre et gratuite, sans réservation.

Visites guidées :
Visite guidée les mercredi et samedi à 16h30 (3€ par personne).
Visite guidée pour les groupes sur réservation (1 heure /2€ par participant).

Ateliers jeune public 7 – 12 ans :
Visite et atelier autour de l’exposition, chaque samedi de 10h à 12h30 : en savoir +

Accès :
Le Grenier à sel
2 rue du Rempart Saint-Lazare
84000 Avignon
Tél. : 04 32 74 05 31
Mail. : accueil@legrenierasel-avignon.fr

commentaires

Installation immersive "1.3 seconde"

Publié le 13 Janvier 2022 par Anaïs BERNARD dans Exposition

Installation immersive "1.3 seconde"

Événement dans le cadre de "L'Air numérique" et du festival Premiers plans d'Angers.
Du samedi 22 janvier 2022 au dimanche 06 février 2022

« 1.3 seconde »
Installation immersive
En partenariat avec Stéreolux. 
La 6e édition de "l’Air numérique" vous invite à une exploration de la lumière au cœur de la collégiale Saint-Martin, une nouvelle fois écrin de la création contemporaine.

1,3 seconde correspond au temps mis par la lumière pour faire le trajet entre la terre et la lune à la vitesse de 300 000 km/s. Cette durée constitue le pouls, la pulsation fondamentale de l’installation imaginée et développée pour la collégiale. Plongez au milieu d’une composition lumineuse et sonore qui sculpte l’espace de la collégiale et joue avec les limites de notre perception.

"1.3 seconde" est une installation immersive de Guillaume Marmin (concept et design). 
Musique : Jean-Baptiste Cognet et Philippe Gordiani.
Directeur technique : Maël Pinard.
Coproduction : TETRO+A, Constellation Festival Metz, YAM. 

Guillaume Marmin est un plasticien nantais sensible dans ses créations, ses scénographies ou ses performances à la lumière, au son et l’espace. Après des études en audiovisuel, il présente ses premiers travaux en 2005 à la Biennale d’art contemporain de Lyon.

Retrouvez dans les autres lieux du Festival Premiers plans la sélection des films de L’Air numérique. Plus d’infos sur le site du festival Premiers plans.

Horaires et tarifs
Les 22 et 23 janvier 2022 :
Horaires : le samedi et le dimanche, de 13 h à 19 h.
Tarifs habituels : 4 € / 3 € en tarif réduit / gratuit pour les moins de 18 ans.
 
Du 24 au 30 janvier, pendant le Festival Premiers plans :
Horaires : tous les jours (y compris le lundi 24 janvier), de 13 h à 19 h.
Tarifs : gratuit.
 
Du 1er au 6 février :
Horaires : du mardi au dimanche, de 14 h à 18 h.
Tarifs habituels : 4 € / 3 € en tarif réduit / gratuit pour les moins de 18 ans.

commentaires

AGITEZ VOS NEURONES ! « HUMAINS ET ANIMAUX : PARTAGE OU FRONTIÈRE ? »

Publié le 12 Janvier 2022 par Anaïs BERNARD dans conférence

AGITEZ VOS NEURONES ! « HUMAINS ET ANIMAUX : PARTAGE OU FRONTIÈRE ? »

CONFÉRENCE
MERCREDI 19 JANVIER 2022

Une rencontre avec Guillaume Lecointre, zoologiste au Muséum national d’Histoire naturelle et Marie Lacomme, doctorante en histoire et philosophie des sciences.

 

Un format novateur et une expérience inédite : participez à une rencontre interactive avec des chercheurs, initiez-vous à la démarche scientifique et prenez la parole au Musée de l’Homme ! Quelles catégorisations efficaces en sciences ? Nous verrons quelle géométrie de catégorisation est la plus riche en information. En outre, nous examinerons le rôle que doit tenir l'histoire naturelle dans la culture scientifique. Nous en tirerons les conséquences sur la logique avec laquelle la plupart des humains conçoivent, en Occident, leur relation à « l'animal ».

Guillaume Lecointre est enseignant-chercheur (UMR 7205), zoologiste, systématicien, professeur du Muséum national d’Histoire naturelle où il occupe les fonctions de conseiller scientifique du président. En 2019, il avait publié 135 publications professionnelles (indice h 46) et 23 livres. Ses recherches portent sur la phylogénie et la systématique des poissons téléostéens, tant à partir de données moléculaires qu’anatomiques. Son terrain de zoologiste est le plateau continental antarctique. Ses activités relatives à l’amélioration de l’enseignement des sciences et de diffusion des connaissances sont très significatives ; il a notamment tenu durant dix ans la rubrique scientifique hebdomadaire de Charlie Hebdo. Il est double Lauréat de la Société Zoologique de France (1996, 2006), Prix national 2009 du Comité Laïcité République, Prix 2012 de l’Union Rationaliste, et fait chevalier de la légion d’honneur en 2016.

Marie Lacomme est doctorante en histoire et philosophie des sciences au laboratoire Sphère (Université de Paris). Diplômée d'un master de philosophie à l'Université Panthéon-Sorbonne, elle a également étudié la biologie de l'évolution et la primatologie. Elle a débuté une thèse en 2018 sur la notion de frontière Homme/animal. Ses recherches portent sur la place accordée à l'être humain par rapport aux autres espèces animales, et notamment aux autres espèces de primates, à la fois en sciences naturelles et en sciences humaines et sociales. Dans cette optique, elle s'intéresse également à l'histoire de la primatologie.

Mercredi 19 janvier 2022 à 19 h - Auditorium Jean Rouch.
Entrée gratuite dans la limite des places disponibles. Réservation conseillée.

commentaires

RÊVER LE PLURIVERS, CHAMANISME : TECHNOLOGIES ANCESTRALES

Publié le 7 Janvier 2022 par Anaïs BERNARD dans conférence

RÊVER LE PLURIVERS, CHAMANISME : TECHNOLOGIES ANCESTRALES

Le collectif NOMASMETAFORAS en alliance avec l’Université Autonome Indigène Interculturelle en Colombie et L’École Universitaire de Recherche Eur ArTeC Paris 8 propose un nouveau cycle en 2022 de six conférences performatives autour de la relation entre les épistémologies amérindiennes, les pratiques artistiques contemporaines et la philosophie. Le collectif est en relation depuis plusieurs années avec les communautés autochtones Yanakuna, NASA, et Kokonuko dans le département du Cauca en Colombie, et souhaite à travers ces rencontres ouvrir un espace pour repenser notre relation au vivant, à l’altérité et à l’artificiel. Face à l’urgence écologique, comment penser l’avènement du plurivers avec les communautés autochtones du Cauca et imaginer de nouvelles formes du vivre-ensemble ?

Dans cette première rencontre le collectif abordera le processus de personnification chamanique comme une forme de connaissance effectuant le voyage inverse du savoir occidental. Dans les communautés autochtones du Cauca en Colombie, la pensée est comprise comme une transmutation de perspective ; une soustraction du soi au service d’un devenir. Pour soigner avec les plantes, on parle d’un devenir-plante. Les formes de communications qui s’étendent au-delà du champ symbolique sont celles que le chamane Luis Aureliano Yunda désigne comme des technologies ancestrales. Dans quel sens alors, ce devenir-végétal invite-t-il à repenser la relation au vivant et à l’artificiel en occident ?

NOMASMETAFORAS est un collectif d’art contemporain et de recherche franco-colombien composé de Julian Dupont, artiste plasticien et de Clara Melniczuk, chercheuse à Paris 8 en philosophie. Le collectif est actuellement en résidence artistique à la Cité Internationale des Arts. Dans son travail de recherche et de performance sur la décolonisation des savoirs, NOMASMETAFORAS cherche à explorer, à travers ses alliances avec les communautés amérindiennes du Cauca en Colombie d’autres pratiques de “faire monde”.

 

DATE
14/01/2022 - 14/01/2022

LIEU
Maison d'amérique latine 217 Bd Saint-Germain, 75007 Paris

INFOS PRATIQUES
19h passe sanitaire obligatoire

commentaires

L’art comme échappatoire : ré-actions face aux réalités qui nous oppressent

Publié le 5 Janvier 2022 par Anaïs BERNARD dans conférence

L’art comme échappatoire : ré-actions face aux réalités qui nous oppressent

Le 12 janvier 2022
de 13h30 à 18h00

La maison de l'image
31 rue Kageneck, 67000 Strasbourg

version live proposée
Entrée en présentiel sur inscription

 

     Demi-journée organisée par les étudiants du Master 2 Arts plastiques - Théorie et pratique de l'université de Strasbourg, sous la direction de Mike ZIMMERMANN, avec le soutien de l'ACCRA, de la Faculté des arts (Université de Strasbourg), de la Commission d'aide aux projets étudiants (Université de Strasbourg), du Crous et du Fonds de solidarité et de développement des initiatives étudiantes (Université de Strasbourg).

     L’échappatoire est définie comme un subterfuge pour se tirer d’embarras. Du latin populaire excappare (sortir de la chape), l’action de s’échapper revient à trouver un moyen d’outrepasser ce qui nous enserre, nous limite, nous contraint. In fine, l’échappatoire consiste à trouver une faille dans un système duquel nous voulons nous extirper.
De quelle emprise souhaitons-nous nous soustraire ? D’innombrables contraintes marquent le réel, qui pèse ainsi d’une manière ou d'une autre sur chacun d’entre nous - l'échappatoire devenant nécessaire. Alors qu’elle est souvent rattachée à une idée de lâcheté elle peut tout aussi bien être perçue comme modalité de résistance. Il s’agit alors d’opérer une translation entre un art qui échappe, vers un art qui offre des alternatives pour s’échapper.

      La demi-journée d’études propose les interventions de Marianne Villière, d'Antoine Hoffmann, de Yann Minh et du collectif Visual Care. Afin d’étayer des hypothèses interrogeant la fuite, la résistance et le subterfuge comme alternatives à un quotidien forgé par la norme dominante, les intervenants proposent les approches suivantes. Marianne Villière élabore une pensée de l’échappatoire par le biais de la pièce sonore Réalité désirée, la pratique du shifting, ainsi qu’en interrogeant les postures de l’outsider. Yann Minh conçoit l'art comme échappatoire à la très ennuyeuse entropie universelle et l’artiste comme un nøønaute ou un cybernaute qui explore les sphères informationnelles de l’humanité c’est-à-dire, l’art comme un mème néguentropique émancipateur. L’échappée émancipatrice, comme tactique de contre-pouvoir, est proposée par Antoine Hoffmann, en s’intéressant aux formes de fuites activistes, situées à l’intersection entre l’art et la stratégie politique. Et pour finir, le collectif Visual Care, s'intéresse au care, comme approche créatrice, au soin comme réaction à l’oppression, comme geste profondément politique et transgressif.

     Fuite, résistance, subterfuge, quelles alternatives à la norme dominante ?

Programme:

13:30
Marianne Villière est auteure et artiste performeuse, diplômée de
l‘École nationale supérieure d‘art et de design de Nancy (Ensad
Nancy) et du Programme de recherche Critical Curatorial Cy- bermedia à la Haute école d‘art et de design HEAD de Genève.


14:30
Yann Minh est un artiste vidéo, multimédia, numérique et nou- veaux média depuis 1979, écrivain de science-fiction cyber- punk, fondateur des Noonautes, mouvance néo-cyberpunk,
réalisateur en art vidéo en documentaire et en habillage de télé- vision, infographiste 3D, réalisateur 3D, illustrateur, documen- tariste, écrivain et photographe, conférencier, et artiste enseig- nant spécialisé dans la cyberculture et les mondes persistants.


16:00
Antoine Hoffmann est un artiste plasticien, Doctorant Cher- cheur au Centre de Recherche en Art et Esthétique CRAE,
Enseignant Vacataire UNISTRA, Diplômé de l’École Euro- péenne Supérieure d’Art de Bretagne EESAB (Diplôme Natio- nal Supérieur d’Expression Plastique DNSEP Arts) et de l‘Uni- versité de Strasbourg (Master 2 Recherches arts plastiques).


17:00
Visual Care est un projet de recherche autonome et colla- boratif qui a pour ambition de rendre visible les enjeux con- temporains relatifs au care au travers l’art et la culture. Il sera
représenté par Yasmine Belhadi, Doctorante au laboratoire
ERRAPHIS de l’Université de Toulouse II Jean Jaurès, et Nora
Fluckiger Al Zemmouri, étudiante en Master 2 à l‘Académie
Royale des Beaux-arts de Bruxelles dans la section dessin.

commentaires

L’art et le dispositif - Introduction aux hypermédias

Publié le 4 Janvier 2022 par Anaïs BERNARD dans Ouvrage, ouvrage

L’art et le dispositif - Introduction aux hypermédias

Foisonnant d'exemple d’œuvres variées, cet ouvrage tente de contextualiser l'émergence de la notion de dispositif en art.
Il permet de comprendre ses racines mais surtout ses enjeux culturels, sociétaux et politiques.
Dans son positionnement éminemment politique, le dispositif artistique hypermédia ne cesse d'interroger les impacts des technologies sur notre Humanité.
Apparu avec les installations multimédia, l'autrice analyse ses mutations à l'arrivée de l'interactivité, d'internet et de la mobilité technologique.
Envisagé comme une introduction, ce livre donne des repères et des outils pour comprendre les spécificités de l'Art Digital.

 

Carole Brandon, 2022, L'art et le dispositif - Introduction aux hypermédias, Paris, Europia

commentaires

Strip-tease: Tout sur ma vie, tout sur mon art

Publié le 3 Janvier 2022 par Anaïs BERNARD dans Ouvrage, ouvrage

Strip-tease: Tout sur ma vie, tout sur mon art

ORLAN est une artiste française féministe reconnue dans le monde entier. Photographie, vidéo, sculpture, performance : ses oeuvres embrassent de multiples disciplines et questionnent le corps, l'hybridation, IJ\DN, les biotechnologies, l'intelligence artificielle, la robotique. ORLAN a pratiqué très tôt la performance, dans la rue, dès 1964, à l'âge de dix-sept ans, et son Baiser de l'artiste l'a rendue célèbre en 1977. A partir de 1990, elle entreprend de remettre en question les critères de beauté imposés par la société dans une série d'"opérations chirurgicales-performances" qui l'ont fait connaître du grand public et dont certaines ont été diffusées en direct par satellite à New York, Toronto et au Centre Pompidou à Paris. ORLAN écrit chaque nuit depuis l'adolescence et nous la découvrons écrivaine dans cette autobiographie où elle dit tout sur son parcours personnel, depuis sa naissance à Saint-Etienne dans un milieu ouvrier, ses amours, ses déboires, ses traumatismes et sa vie d'artiste sur la scène française et internationale dont elle a côtoyé les figures les plus importantes. Cette étonnante confession révèle la vie d'une femme engagée et exceptionnelle, qui ne ressemble à personne - une des artistes les plus importantes de notre époque.

 

ORLAN, Strip-tease: Tout sur ma vie, tout sur mon art, 2021, Gallimard; Illustrated édition, 352 pages, 29 euros.

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>